- le  

L'Expédition d'Alunÿs

Christophe Arleston (Scénariste), Melanÿn (Scénariste), Cartier (Dessinateur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 30/04/2010  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

L'Expédition d'Alunÿs

Le nom d'Arleston est définitivement associé au monde de Troy, que ce soit par ses scénarios des diverses séries se plaçant dans cet univers (Trolls de Troy, Lanfeust de Troy, Cixi de Troy...) que par le fait qu'il est rédacteur en chef de Lanfeust Mag, un journal consacré largement à ce monde.

Melanÿn a déjà collaboré à des scénarios dans l'univers du maître (Les Guerrières de Troy), mais elle a aussi travaillé sur d'autres séries comme Le Chant d'Excalibur.

Le dessinateur Cartier a déjà travaillé sur une série (Diego de la SPA) et sur L'Or des Fous avec Bernard Lavilliers.

Une expédition mouvementée

Alunÿs est un sage d'Eckmül, professeur au conservatoire. Il rêve de mettre au point le quatorzième enchantement majeur, ce qui devrait lui permettre d'entrer dans les annales de la magie. Marikiri est herboriste au conservatoire, mais elle rêve de terminer ses études et de devenir la première femme mage d'Eckmül. Shepäh est un chat, celui d'Alunÿs.

Lors d'un essai, le sage mélange involontairement son esprit et celui du félin. Il a jusqu'à la prochaine conjonction des lunes pour trouver comment réparer cette erreur... et seul son chat peut l'y aider. Il est donc nécessaire de faire un long voyage, pour trouver un Krobatridère, animal merveilleux permettant à chacun de comprendre l'autre.

Mais l'expédition n'est pas sans dangers...

Un tome de plus ou de moins...

Avoir une bonne idée, c'est bien. Savoir s'arrêter d'exploiter le filon avant de lasser, c'est mieux. Visiblement, les éditions Soleil et Arleston n'ont pas eu ici cette capacité de mesure leur permettant de passer à autre chose, de nous faire rêver et rire avec des concepts neufs. En fait, L'Expédition d'Alunÿs est tellement décalquée sur les précédentes histoires que ce volume n'a d'intérêt que pour quelqu'un qui ne connaîtrait pas le monde de Troy.

Le scénario est parfaitement dans l'esprit de Troy, mais en réduisant chaque élément à sa plus faible valeur. Chaque retournement de situation, chaque gag est amené, approché, prévu, au point de ne plus faire rire en survenant. Les personnages sont caricaturaux et grossièrement rendus au fil de l'histoire, laquelle se termine de façon convenue et peu amusante.

Le dessin, lui aussi, ne nous donne que le minimum syndical, avec une certaine incapacité à tracer des scènes d'action intéressantes – à défaut d'être crédible. Le seul élément qui soit un vrai trait d'humour est le livret final, situé après la fin de l'aventure.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?