- le  

L'Ombre de la longue nuit

Laurent Queyssi (Traducteur), Steve Stone (Illustrateur de couverture), Michael Cobley ( Auteur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Anglais UK
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 30/09/2011  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

L'Ombre de la longue nuit

Michael Cobley est né en 1959 et vit à Glasgow en Ecosse. Il a fait des études en ingénierie, et le Feu de l'humanité est sa première incursion dans le domaine du space-opera.

Un récit plein d'idées...

Le premier contact avec des extraterrestres s'est mal passé : ces derniers ont frappé sans prévenir, contraignant les hommes à envoyer trois vaisseaux coloniaux à travers la galaxie. Cent cinquante ans plus tard, le monde de Darien est devenu un nouveau foyer pour l'humanité qui cohabite pacifiquement avec les indigènes, les énigmatiques Uvovos.

Mais des secrets sont enterrés sous la surface de la planète, des secrets qui risquent bien de bouleverser le fragile équilibre en place...

...parfois  un peu brouillon

On se trouve devant un récit somme toute classique : la narration est partagée entre les différents protagonistes de l'histoire, et permet au lecteur d'appréhender l'univers imaginé par l'auteur sous toutes ses facettes. Un univers riche qui reprend tous les éléments classiques de la science-fiction : empires galactiques, intelligences artificielles, manipulations génétiques, cyborgs, planètes à la faune étonnante... Le moins qu'on puisse dire est que c'est varié, et qu'on ne s'ennuie pas à la lecture.

Mais cette richesse est aussi le point faible de ce roman : il faut un certain temps avant de se familiariser avec les nombreux protagonistes, et on se retrouve un peu noyé par la somme d'informations à digérer. L'histoire alterne ainsi des passages très dynamiques (les dialogues font mouche, et les scènes d'action sont très visuelles) et d'autres plus longs qui ralentissent le rythme, l'ouvrage aurait sans doute gagné à être un peu allégé. On sent que Michael Cobley fourmille d'idées, mais que le flux n'est pas encore tout à fait maîtrisé. A part ça, le récit tient la route et l'univers reste cohérent, ce qui n'était pas une mince affaire, vu le nombre d'éléments utilisés par l'auteur !

Ce dernier est parvenu à construire un roman à l'intrigue complexe qui, s'il est un peu brouillon parfois, devrait plaire aux amateurs de space-opera ! Ce premier volet laisse en tout cas entrevoir une suite prometteuse...
 

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?