- le  

La Dernière Valse

Joe Haldeman (Scénariste), Bérengère Marcquebreucq (Coloriste), Marvano (Dessinateur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Anglais UK
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/10/2005  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

La Dernière Valse

Né en 1943, Joe Haldeman a connu son grand succès avec la parution de La Guerre éternelle en 1974, un livre antimilitariste qui a fait le tour du monde. Depuis il a poursuivi une belle carrière d’écrivain, d’enseignant mais aussi de scénariste de bande dessinée, adaptant avec Marvano La Guerre éternelle, réalisant sa suite Libre à jamais et signant la série Dallas Barr dont le 7ème tome vient tout juste de paraître. Une nouveauté assez étonnante d’ailleurs, tous les lecteurs pensant avoir définitivement refermé le cycle au tome précédent.
 
Surprise !
 
Alors qu’on croyait Dallas Barr enfin mort et enterré, le voici à nouveau ressuscité par Haldeman et Marvano. Mais cette fois les jeux semblent bel et bien faits. Stileman Entreprise est en pleine tourmente, menacée tout simplement par la faillite et une tentative d’OPA particulièrement hostile. A Dallas Barr et Julius Stileman de contre-attaquer !
 
Fin de partie parfois un peu alambiquée
 
Fallait-il donner un septième et dernier tome à Dallas Barr ? La question se pose en refermant cet album. Bien sûr, on ne boudera pas notre plaisir de retrouver une des séries de science-fiction les plus intelligentes de son époque. D’ailleurs encore une fois ce volume pose pas mal de questions sur l’amour, l’immortalité, le capitalisme à outrance et le futur. Un vrai plus qui a toujours porté la série et que l’on retrouve ici. Simplement à trop vouloir en faire, Haldeman nous livre un scénario alambiqué, sans doute trop. On s’y perd dans ces planches remplies de dialogues et d’enjeux qui demandent qu’on s’y attarde franchement pour en connaître les tenants et les aboutissants. C’est un rien décevant car le final n’est pas aussi beau qu’on l’avait espéré, même si Marvano est constant dans son trait et ses dessins. Qu’importe. S’il n’est pas à la hauteur de nos espoirs, ce septième tome ne nuira pas à la qualité de l’ensemble de la série. Car ne nous y trompons pas, Dallas Barr est au global un beau succès qui mérite qu’on s’y attarde. Et on est tout de même heureux d’être convié à cette Dernière valse.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?