- le  

Larme Ultime

Shin Takahashi (Scénariste, Dessinateur), Sae Cibot (Traducteur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Japonais
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/12/2002  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Larme Ultime

Larme Ultime, série constituée de sept volumes, détonne totalement dans un genre qui privilégie souvent l'action musclée et les héros torturés. Shin Takahashi et Delcourt nous offrent une belle histoire d'amour sur fond de guerre sans tomber dans la mièvrerie ou le sentimentalisme à deux sous.

"Nous allons nous aimer…"

Cette fable d'anticipation se situe dans un Japon déchiré par un conflit que personne ne comprend - ni la population, ni le lecteur, en tout cas au début de la série. L'avance technologique de l'envahisseur ne permet aucune réplique, et la défaite serait irrémédiable sans l'apparition régulière d'une sorte de petit aéronef inconnu qui dévaste littéralement les rangs ennemis. Parallèlement, dans une petite ville de la banlieue de Sapporo, deux lycéens tentent de construire leur histoire d'amour, avec les questions et les doutes que provoque une première "vraie" relation. Les choses ne vont pas se simplifier quand Shûji va découvrir que sa timide petite amie Chise est cette "arme ultime" qui protège le Japon…

Graphisme et mise en page

La série bénéficie de la présentation désormais classique des mangas : couverture en carton souple et sur-couverture couleur, lecture de droite à gauche… Qualité d'impression et de reliure sont au rendez-vous, malgré un papier de qualité assez moyenne. Le style graphique est nerveux, rapide, avec de belles planches très travaillées et des effets photographiques rares mais réussis. De l'ensemble se dégage une sensation assez sombre (certaines pages sont même entièrement noires, avec un peu de texte en réserve blanche), renforcée par des épaisseurs de traits qui vont du marqueur à la plume légère. Shin Takahashi et son studio (20 personnes !) adaptent en permanence le dessin au rythme du récit, et c'est plutôt agréable. Enfin, le livre se termine sur des conseils d'inspiration, une bibliographie, une postface de l'auteur et un - petit - lexique nippo français.

Premières impressions


Ce premier volume présente les différents protagonistes de manière cohérente et assez linéaire - peut-être un peu trop. Les coups de théâtre sont souvent téléphonés, les réactions des deux personnages principaux totalement prévisibles. Pour en finir avec les mauvais points, Shûji et Chise risquent d'agacer plus d'un lecteur. En effet, entre le garçon qui cache ses sentiments et sa timidité derrière une agressivité permanente, et la fille très "fleur bleue" qui passe son temps à dire pardon ou à pleurer, j'en connaîs qui diront qu'il y a des baffes qui se perdent.

Il serait malgré tout dommage de laisser ces quelques défauts masquer la poésie qui baigne ce manga. Ici, point d'ados sportifs en quête de gloire ou de reconnaissance paternelle, pas de pouvoirs spéciaux, juste un amour tendre et normal dans des circonstances pas banales. Un vrai petit bol d'air.
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?