- le  

Date de parution : 21/10/2020
voir l'oeuvre
Commenter

L'autre terre

Des créateurs qui ont du métier

A l’origine de cette minisérie comics, on trouve le scénariste de comics Tom Peyer. Il a autant œuvré chez DC (sur Action comics) que chez Marvel et a aussi travaillé comme Editor chez DC, sur Animal Man de Grant Morrison notamment (un point qui va avoir de l’importance). Il s’associe ici à Jamal Igle, un jeune illustrateur qui a fait ses classes sur des séries DC comme Supergirl, Firestorm ou Nightwing. Autant dire que les deux hommes connaissent par cœur les comics, ce qui se ressent dans l’histoire qui va suivre.

Univers et héros parallèles

Sur la Terre Alpha, nous découvrons les aventures de l’Homme-Libellule et de son jeune partenaire le Dard. Prisonniers de leur ennemi, « Un », ils se libèrent et l’empêchent de piller un musée de Fortune City. Numéro Un et l’homme libellule s’affrontent et disparaissent dans un miroir. Le dard, en train de se bagarrer avec l’acolyte de « Un », la ravissante Moll Deuce, voit alors débarquer Un mais habillé comme un punk. Ce dernier le poignarde et s’enfuit. Surgit alors un héros costumé qui ressemble à l’homme-libellule : il s’agit de Dragonfly. Il sauve le Dard puis part à la recherche de « Un ». Dragonfly arrive de la Terre Omega, une version plus violente et plus noire de la Terre Alpha, comme le « Un » qui a failli tuer le Dard. Et l’homme-libellule se retrouve lui sur la Terre Omega. Chacun va devoir s’adapter avec des réactions parfois…jumelles.

Un pastiche et un hommage

Lire L’autre Terre renvoie à toute une tradition du comics. Les personnages font penser à Batman et Robin mais aussi un peu Captain America (et son légendaire acolyte Bucky Barnes). On pense aussi beaucoup à l’univers DC de l’âge d’argent et à ses univers parallèles, Terre-un et Terre-deux, voire Terre-trois où les héros traditionnels étaient en fait des méchants. Ce qui nous amène à Grant Morrison, dont Tom Peyer a été l’éditeur, qui avait sorti l’album JLA : Earth 2 en 2000 avec des dessins de Frank Quitely : on y trouvait en fait une actualisation des méchants de Terre-trois qui se retrouvaient sur la vraie Terre, avec la tentation de devenir des héros. On retrouve cette problématique dans L’autre Terre où on voit au final Dragonfly adoucir son comportement sur la Terre Alpha. Graphiquement, la prestation de Juan Igle est convaincante par son dynamisme : on ne s’ennuie pas en lisant L’autre Terre ! Saluons donc cet album, fruit d’une démarche touchante. Certains noteront aussi la mise en abyme du genre : attention aux tartes à la crème critiques !


Sylvain Bonnet

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?