- le  

Le Bloc

Christophe Bec (Scénariste), Digikore Studios (Coloriste), Stefano Raffaele (Dessinateur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 24/09/2014  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Le Bloc

Avec les étagères des libraires qui s’étoffent beaucoup de ses œuvres dernièrement, Christophe Bec est un incontournable de la scène BD de ces dernières années. Aussi bien scénariste que dessinateur, et même réalisateur, il a une vision très globale de ce qu’il entreprend. Son œuvre, souvent teintée d’imaginaire, de SF et de fantastique, est tout de même large. Pour le découvrir, nous pouvons vous conseiller Sanctuaire (dont il a assuré les dessins sur un scénario de Xavier Dorison), Bunker, Prométhée, Sarah, Le monde perdu, le meilleur job du monde, ou dernièrement, Sibéria 56, Sunlight, et Carthago. Evidemment, ceci n’est qu’une liste non exhaustive de ses productions !

C’est avec un scénariste et dessinateur italien que Bec collabore sur Deepwater Prison. Après une période de travail aux Etats-Unis sur des comics, Stefano Raffaele collabore en tant que dessinateur avec Christophe Bec sur plusieurs séries telles que Pandemonium (le cadeau idéal pour Halloween !), Sarah, Under ou encore Prométhée. Ils semblent s’être bien trouvés tant leurs albums sont de qualité !

Profondément enfouie.

La Deepwater Prison est à 903 mètres de profondeur, perdue dans les océans. Son emplacement fait d’elle une prison de choix pour y enfermer les pires criminels, car toute évasion semble bien impossible. Mais les conditions de vie dans cet endroit semblent être terribles ! Terrassé par des matons sans pitié, le froid, la bouffe infecte, ainsi qu’un fameux « bloc » où l’on enferme pour quelques jours des captifs pour les détruire mentalement, un groupe de prisonniers a décidé de mettre fin à cet enfer, et de se sortir de là. Il faudra redoubler de subterfuges, de trafics et d’intelligence pour mener à bien un projet aussi ambitieux…

A proximité de cette prison une plateforme off-shore a eu un accident. Effondrée et enfouie sous les mers, le désastre écologique et économique est monstrueux ; alors forcément, l’Etat missionne quelqu’un pour enquêter et savoir s’il faut mettre en cause la société d’exploitation. Mais aller récupérer des informations dans les vestiges sous-marins est une opération délicate, d’autant plus que des monstres, sortes d’anguilles géantes, rôdent à proximité…

Profond et angoissant.

Ce second tome fait suite au début très prometteur de la série. L’histoire se développe progressivement et nous retrouvons des personnages qui prennent de l'ampleur, grâce au travail sur les personnalités via des dialogues plus nombreux. Le protagoniste principal, homme honnête et intègre victime d’une terrible injustice, est très intéressant. Intelligent, manipulateur, il est d’une certaine manière la clé de voûte de la série tant le lecteur a envie de suivre son histoire. Rappelons qu’après la scène d’ouverture du premier tome, l’accident de la plateforme pétrolière, c’est le passé de notre protagoniste qu’on découvre ! Deux autres protagonistes apparaissent, et semblent avoir un rôle à jouer dans l’intrigue, ce qui justifie leur apparition. Espérons que les personnages ne se multiplieront pas trop, au détriment de leur développement.

Les prisonniers vont profiter de l’arrivée de la responsable de l’Etat pour monter un ambitieux projet de fuite. Mais les étapes menant à la liberté sont longues et difficiles. Cet aspect est bien retranscrit avec une certaine lenteur dans les actions entreprises. L’histoire à ce niveau avance peu, mais c’est compensé par un rythme plus important dans l’enquête concernant la catastrophe écologique. On ressent alors clairement que Christophe Bec maîtrise parfaitement son scénario, et distille avec brio les informations pour développer son histoire.

Du côté du dessin, Stefano Raffaele fait encore un travail magnifique. Les dessins sont efficaces et sonnent justes, en nous plongeant dans une ambiance parfaitement oppressante et glauque. Les angles de vue et les décors sont justes, et parfaitement servis par la mise en couleur. L’ensemble est convaincant, et colle avec le scénario de Bec. En résumé, ce second tome est un bon écho au premier. L'histoire est crédible, avec un scénario de qualité jouant sur plusieurs intrigues, et le tout servi par des illustrations efficaces.
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?