- le  

Le Boucher

Pascal Quidault (Illustrateur de couverture), Olivier Gay ( Auteur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 31/08/2012  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Le Boucher

Olivier Gay est un jeune auteur qui a obtenu le prix de Beaune pour son premier roman : Les talons hauts rapprochent les filles du ciel chez Le Masque. Un ouvrage qui n'avait alors rien à voir avec les littératures de l'imaginaire. Le Boucher est son deuxième roman et relève clairement de la fantasy.

Un garde, une servante, une noble et un meurtre...

Lorsque Deria, fille du comte Froideval, débarque au Palais de l'Empereur, Shani la servante et Mahlin le garde vont voir leur vie bouleversée à jamais. Ils vont devenir ses amis, Mahlin tombant un peu amoureux de la jeune femme et Shani entrant à son service personnel (elle-même étant secrètement amoureuse de Mahlin). Une nuit, tout bascule. Deria est assassinée et on demande à ses compagnons d'oublier jusqu'à son existence. Mais Mahlin et Shani ne l'entendent pas de cette oreille et partent avertir le père de Deria dans son lointain royaume du nord..

Un livre agréable mais pas exempt de défauts. 

Ce premier roman de fantasy ne surprendra pas le lecteur par son cadre. L'ambiance médiévale, dénuée de magie, est plutôt classique. Dans la capitale, les nobles intriguent en permanence tandis que dans le nord, le père de Deria protège le royaume des barbares qui ne cessent de vouloir l'envahir. On a une petite sensation de déjà vu. Autre écueil, des personnages dont la jeunesse et la naïveté sont parfois agaçantes (même si sans doute nécessaires...). Ils vont devoir grandir évidemment au fil du récit, ne serait-ce que pour survivre, mais ils mériteraient bien quelques claques de temps en temps... (sans parler de leur histoire d'amour digne des adolescents qu'ils sont...).

Et puis finalement on se laisse prendre par l'ensemble du roman. D'abord parce qu'Olivier Gay a eu l'intelligence de tuer Deria assez vite après l'avoir présenté dans un premier temps presque comme le personnage principale de l'intrigue. C'est assez malin pour capter l'attention du lecteur. Son autre bonne idée est de mettre en scène le père de celle-ci prêt à tout pour venger sa fille. Or le comte Froideval est une légende vivante, ayant une réputation de guerrier sanguinaire. Mahlin et Shani vont devoir apprendre à le connaître et séparer le vrai du faux. Et là aussi l'auteur est assez malin pour éviter tout manichéisme. S'il est cruel et sans remords, l'homme est bien plus complexe qu'il n'y parait.

Résultat, les pages et les chapitres défilent. Le Boucher est un bon premier roman de fantasy, caricatural par certains côtés, agaçant par d'autres mais finalement plutôt agréable...  

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?

{{insert_module::18}}