- le  

Le Comptoir de Satan

Benoît du Peloux (Scénariste, Dessinateur)
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 31/03/2002  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Le Comptoir de Satan

Avec un ingrédient en poche

Aïssa, la fille adoptive de Merlin est tombée sur la formule d'un élixir qui doit lui permettre de conserver la jeunesse éternelle. Bien loin de se douter que c'est Merlin lui-même qui a mis cette formule fantasque sur sa route pour la forcer à voyager, elle a d'abord réussi à collecter le précieux sang d'un dragon. Mais le chemin semble encore long car les ingrédients sont nombreux à réunir.

Après Princesse Leïa chez Jabba the Huth…

Pas le temps de contempler ses rides naissantes pour notre aventurière qui est faite prisonnière par un marchand d'esclave connu sous le nom d'Abzalon. Lorsqu'elle reprend connaissance, Gol et elle sont les passagers forcés du navire qui doit les mener avec la cargaison d'esclaves au Comptoir de Satan. Mais ses attraits préservent Aïssa du travail de forçat à la mine. Abzalon lui a plutôt réservé le privilège de danser pour Xanapur, le maître des lieux à la face de grenouille mâtinée d'artifices chinois de pacotille.

Seulement voilà, il a suffi que Xanapur la traite de " petit boudin maigrichon " pour la faire sortir de ses gonds. Désormais, elle croupit au fond d'un cachot humide en attendant de nourrir les crocodiles. Mais qui vient donc la libérer en douce ? Même si l'opportunité semble trop belle, Aïssa en profite pour libérer Gol et les autres mineurs, tout comme Abzalon l'avait prévu. Ils doivent s'échapper au plus vite, car la marée ne dévoile le comptoir sous-marin de Satan qu'une fois par mois, et elle va bientôt remonter… Voilà l'occasion rêvée pour Abzalon de renverser ce gros tas amphibien de Xanapur, et les frasques de l'aventurière vont l'y aider.

Une vraie réussite

Ce deuxième épisode des aventures d'Aïssa est plutôt une bonne surprise, à tous points de vue. Au niveau du scénario, de vraies trouvailles viennent enjoliver un monde de fantasy qui semblait jusque là un peu fade. La géographie en bénéficie largement et la mise en scène est elle aussi moins classique. Les intrigues se mélangent et le secret des origines d'Aïssa est très bien amené. Au niveau du dessin, Peloux atteint une régularité bien agréable, entretenue par une mise en couleur beaucoup plus soignée.

Oubliez ma chronique mi-figue mi-raisin du premier tome. Plus drôle (la blague de Jean Mineur, on se croirait dans Fluide…), plus dynamique, plus joli, plus méchant, plus tordu, plus abouti, ce Comptoir de Satan est une vraie bonne nouvelle qui laisse espérer un avenir radieux à Aïssa.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?