- le  

Singularité

Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 14/10/2013  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Singularité

Stephen Baxter est un auteur américain de science-fiction, mais il est également professeur de physique et de mathématiques. Il a même tenté de participer à une mission pour la station spatiale MIR, mais échoua. Cependant, sa passion des sciences reste intacte et il la retranscrit maintenant au quotidien dans ses nombreux romans.

Ses séries les plus connues sont Évolution (2 tomes), Le cycle des Xeelees (5 tomes) ou encore Les univers multiples (3 tomes). Il écrit actuellement une série avec Terry Pratchett : La longue Terre, dont deux tomes sont parus pour le moment.

Attention : voyages temporels nombreux et instables

Avec Singularité, nous voici dans le second tome du Cycle des Xeelees, mais il n’est pas la suite chronologique du premier, Gravité. En effet, Singularité se déroule des milliers d’années avant le premier tome, pendant l’ère de l’occupation Qax.

L’humanité a été peu à peu asservie par les Qax, des êtres dont on ignore presque tout et pour qui la conquête de la Terre fut aussi aisée que pernicieuse. En effet, les Qax n’éliminent pas les êtres humains, mais s’en servent à des fins diverses, notamment économiques et industrielles… Cette occupation extraterrestre est la faute de l’humanité elle-même, qui dans sa soif de conquête et de découvertes est tombée par hasard sur cette race qui la domina peu à peu…

Mais les choses sont susceptibles de changer : en effet, l’humanité a créé il y a de cela des siècles (avant de rencontrer les Qax) un portail temporel menant vers le passé, et ce dernier vient d’être enfin terminé… et il pourrait bien changer la donne.

De plus, un petit groupe d’humains réussit à s’enfuir de la Terre sur un vaisseau improvisé et traverse le portail temporel tout nouvellement terminé : ces résistants vont-ils transformer la conquête Qax en un mauvais souvenir en modifiant le passé ?

Vous pensez que l’intrigue est simple ? Attendez donc de voir apparaître un second portail menant lui, vers le futur de la Terre… toujours occupée par des Qax du futur !

Une intrigue accrocheuse mais à laquelle il faut également s’accrocher !

Dans le premier tome du Cycle des Xeelees, il n’était pas nécessaire d’avoir de grandes connaissances en physique pour apprécier l’intrigue. Mais pour Singularité, il en est autrement : bonds gravitationnels, constante de Planck, confluence… de nombreux termes peuvent vous sembler nébuleux voir inconnus si vous n’êtes pas un minimum préparé. Stephen Baxter nous bombarde de concepts scientifiques en partant du principe que nous les connaissons, mais ça n’est pas nécessairement le cas !

Alors, pour ceux qui sont comme moi amoureux des sciences de l’univers, mais pas initiés de façon poussive à ses constantes et théories, une bonne petite documentation pendant la lecture ne fera pas de mal…

Plus difficile d’accès, mais reste tout de même plaisant

C’est ainsi qu’au gré de nombreux voyages spatio-temporels, nous suivons plusieurs antihéros : Parz ; ambassadeur humain auprès des Qax qui passe pour un traître et un lâche aux yeux de son espèce, ou encore Michael, un homme qui aurait préféré ne jamais participer à l’histoire de l’humanité plus que nécessaire.

Ces deux personnalités vont pourtant jouer un rôle malgré eux, dans plusieurs époques différentes de la Terre : couards, paresseux et observateurs, ils vont être soumis aux aléas que sont les rebelles évadés du présent et les Qax du futur voulant éradiquer une bonne fois pour toutes la moindre menace humaine…


Alors ce second opus est-il intéressant ? La réponse est oui, très, mais Stephen Baxter a oublié que ses lecteurs n’étaient pas tous professeurs de mathématiques ou de physique, ce qui apporte une difficulté certaine lors de la lecture. Nous sommes parfois obligés de l’entrecouper pour se documenter sur certaines notions que l’auteur ne prend pas la peine d’expliquer… Mais ce jeu entre trois temps différents mettant en scène le destin de deux races que tout oppose est très bien construit.

Nous en savons toujours presque aussi peu sur les fameux Xeelees (malgré quelques révélations ténues), dont le cycle porte tout de même le nom : ils en deviennent presque mystiques, divins, légendaires… On espère enfin en savoir plus dans le troisième opus qui sort en mai 2014 en poche, toujours chez Pocket : Flux.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?

{{insert_module::18}}