- le  

Le dragon des glaces : roman

Robin Hobb ( Auteur), Arnaud Mousnier-Lompré (Traducteur), John Howe (Illustrateur de couverture)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Anglais US
Aux éditions : 
Date de parution : 28/02/2005  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Le Dragon des glaces

Si Robin Hobb excelle dans un domaine c’est bien dans celui de nous tenir en Haleine. Auteur de renom, elle a à son actif une dizaine de romans traduit en France, regroupés en 2 cycles : L’Assassin royal et Les Aventuriers de la mer. Depuis que son treizième et dernier tome de L’Assassin royal est paru aux éditions Pygmalion, on attend avec impatience la fin des Aventuriers de la mer dont 6 tomes sur 9 ont été traduit. Que nous réserve-t-elle après ? Nul ne le sait.

Le prince Devoir embarque enfin

Le départ pour les îles outriliennes a enfin lieu. Mais ce ne fut pas sans mal. Fitz a dû faire en sorte que le fou reste à terre car sinon le fou lui avait dit qu’il s’était vu mourir sur l’île d’Aslevjal. Donc pour contrecarrer cette funèbre prophétie le fou doit rester à Castelcerf.

C’est donc accompagné de son clan d’art et de son clan de vif que le prince part relever le défi lancé par celle qui doit devenir sa future épouse. Mais avant d’atteindre le glacier où est endormi Glasfeu, ils doivent faire halte dans les îles outriliennes et être reçu par la famille de la narcheska. Là-bas, ils trouvent différents clans qui sont partagés par rapport à la mission du prince Devoir. Certain s veulent le voir réussir et d’autre, le voir échouer. Le voyage aurait pût bien se dérouler pour Fitz et ses compagnons si Lourd n’avait pas le mal de mer et si, à cause de son Art puissant, il ne le faisait pas ressentir aux autres.
Après plusieurs jours de navigation, ils débarquent sur Aslevjal où une surprise de taille les attend.

Dernier déplacement de pions

Première partie du dernier livre du cycle The Tawny Man, Le Dragon des glaces est à nouveau un tome de transition. Il est vrai que durant une traversée, peu de chose se passe. Il faut bien comprendre une chose : cette sensation d’irrégularité entre les tomes est dû au découpage français. Les éditions Pygmalion préfèrent, pour une question d’argent, découper un livre anglais en 3. Qu’on ne vienne pas me dire que le lecteur français n’est pas capable de lire un livre de 1000 pages ou que la traduction prend du temps, il suffit de voir Harry Potter.
Ceci étant dit ce 11ème tome reste toujours aussi intéressant que les autres et malgré le fait qu’il ne se passe pas grand chose, il permet à l’auteur de placer ses personnages. Certains, comme Ortie, vont prendre leur place au sein de l’échiquier et lorsque nos héros débarquent sur Aslevjal, ils sont prêts pour affronter leur destin.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?

{{insert_module::18}}