- le  

Le Grimoire d'Haleth

Jean-Luc Istin (Scénariste), Dim (Dessinateur, Coloriste)
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 31/05/2003  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Le Grimoire d'Haleth

La fantasy est une denrée courante dans la BD. Que l'album soit entièrement réalisée à l'ordinateur est, par contre, un peu plus rare, même si ce genre de procédé a tendance à se développer ces derniers temps. C'est ce qui frappe en premier en lisant Le Grimoire d'Haleth. Dim D. l'a entièrement travaillé sur son PC voulant, selon la plaquette de presse, " réaliser [ses] propres couleurs pour une maîtrise complète du dessin. Le but n'est pas de se détacher du dessin traditionnel mais plutôt d'exploiter de nouvelles capacités personnelles par le biais de l'ordinateur. " Pour lui, c'est une première. Ce jeune dessinateur talentueux qui, à 15 ans, réalisait déjà des pochettes de CD avant, un peu plus tard, de se retrouver dans l'aventure du fanzine Avenir. C'est là qu'il y rencontrera Jean-Luc Istin, lui aussi partie prenante du projet et scénariste d'Aquilon et d'Arthur Pendragon. Ensemble, ils produiront Aleph aux éditions Nucléa, une série dans laquelle Dim D. travaille de manière plus traditionnelle.

Fantasy classique

Rien ne va plus dans l'univers du Dyfed. La civilisation est en passe d'être balayée par le terrible Fedath, le seigneur d'ombre, et ses légions d'Orcs. Nains, Humains et Elfes ont de plus en plus de mal à contenir ses assauts. Et si parfois la victoire leur est favorable, elle ne fait que repousser l'inéluctable. Bran, sorcier, guerrier et conseiller du roi humain Bedwyr, sait qu'il n'y a qu'un seul moyen de renverser la tendance : reconstituer Atanys, la pierre de vie, un artefact puissant. Et pour ce faire, il lui faut partir en quête vers la lointaine et mystérieuse cité d'Ynis Heneziad.

A découvrir

A première vue, Le Seigneur d'Ombre rassemble en un album pas mal de poncifs de la fantasy. La guerre contre les Orcs, le magicien en quête, la situation désespérée… de quoi rebuter plus d'un lecteur. Néanmoins, avant de l'ignorer, il convient d'y jeter un coup d'œil. D'abord parce que certaines planches de Dim D. sont plutôt agréables, même si Le Seigneur d'Ombre fait essentiellement penser à un jeu vidéo. Ensuite, parce qu'Istin a fait un effort dans la construction de toute une mini-mythologie incroyablement bien résumée en quelques planches. Enfin, parce que l'ensemble se laisse lire avec facilité et que certaines scènes de combats sont viriles à souhait et devraient convaincre un certain public. En quelques mots, cet album est plutôt efficace même s'il brasse une belle somme de clichés avec toutefois un graphisme peu ordinaire.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?