- le  

Le Jardin de Suldrun

Jack Vance ( Auteur), Arlette Rosenblum (Traducteur), Philippe Gady (Illustrateur de couverture)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Anglais US
Aux éditions : 
Date de parution : 30/04/2003  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Le Jardin de Suldrun

Malgré ce que pourraient faire penser toutes ces rééditions, ne vous inquiétez pas, Jack Vance n’est pas encore mort. Au Bélial, à peine le recueil Croisades paru, J’ai Lu ressort le premier ensemble de textes de l’auteur : Un Monde magique, du côté de Folio SF on trouve Space Opera et Lyonesse, et La Geste des Princes Démons annoncé au Livre de Poche… Bref, avec ses 87 piges, le pape du space op’ et de la fantasy revient en force dans les rayons de nos libraires.

Contes et légendes pré-Arthuriens

Lyonesse était dans un lointain passé un royaume insulaire situé dans l’océan Atlantique. Englouti depuis fort longtemps, seuls des échos nous en sont arrivés sous formes de contes et de légendes peuplés de magie, de rois et de princesses, de guerres et de complots, de fées, d’ogres et de lutins.

Suldrun est née sur ces terres. Fille du roi Casmir qui règne en despote sur le royaume de Lyonesse, rêveuse et solitaire, elle grandit dans la hantise d’avoir à se marier avec un homme qu’elle n’aime pas pour le seul intérêt de son royaume. Lorsqu’un jour, enfant, elle découvre un jardin abandonné, elle le fait sien. Ce jardin secret deviendra le théâtre d’événements décisifs dans l’histoire du royaume…

Un premier volet tout simplement magnifique

Très vite immergé dans une splendide ambiance de conte, le lecteur dévore les 700 pages (quand même) presque d’une traite. A la fois dense et très bien construit, on suit tout d’abord l’enfance puis l’adolescence de Suldrun pour ensuite changer de personnages et de royaumes. De cette manière, Jack Vance pose son décor, mais aussi donne au lecteur au fur et à mesure tous les tenants et les aboutissants des luttes de pouvoir en Lyonesse. Rarement sur une telle longueur le plaisir d’écrire d’un auteur n’a été aussi bien transmis. On peut comparer cette œuvre avec Stardust de Neil Gaiman qui manie le conte avec tout autant de réussite. Notons aussi l’imposante préface de Philippe Monot sur Vance - sa vie, son œuvre - et le mythe dont s’est inspiré l’auteur pour construire ce cycle. Elle permettra à ceux qui le désirent d’aller plus loin, ce qui est assez rare pour être souligné.

Stardust version XXXXL

Bref, si Vance continue sur sa lancée, Lyonesse risque de s’imposer non seulement comme son chef-d’œuvre sur ces vingt dernières années mais en plus comme une des toutes meilleures trilogies de la fantasy.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?