- le  

Le manuscrit

Rémy Langlois (Coloriste), Tarek (Scénariste), Vincent Pompetti (Dessinateur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/08/2006  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Le manuscrit

Tarek est un auteur de bande dessinée au parcours étonnant. Diplômé en histoire médiévale et en histoire de l'art, il sort en 1991 un livre sur les Graffitis à Paris avant de partir enseigner le français à Damas en Syrie. Puis en 1999, il se lance dans la bande dessinée enchaînant les scénarios pour des séries chez Vents d'ouest, Theloma, Pointe Noire, Soleil... Pour Raspoutine (chez Carabas), il s'est associé avec Vincent Pompetti, belge d'origine italienne, né à Liège en 1977 et qui a réalisé seul les deux tomes de Planète Divine, sa première série (chez Glénat).

Russie, 1916


1916. L'Europe est à feu et à sang. Loin des combats de la première guerre mondiale, le Vatican apprend avec bonheur qu'un manuscrit précieux volé à des moines 15 ans auparavant en Russie vient d'être retrouvé. Mieux encore : son voleur, un certain Raspoutine serait mort. De bonnes nouvelles rapportés par un moine qui aussitôt sa confidence faite entame son rapport. Un rapport qui va le ramner 15 ans plus tôt, lorsqu'il était sur les traces de Raspoutine.

Un dépaysement


Les bande dessinée sur la Russie en 1916 sont peu nombreuses. Tout comme celles qui évoquent le fameux Raspoutine, personnage historique controversée. Quant à celle qui le prenne comme personnage principal, elles sont encore plus rares. C'est donc avec une certaine curiosité que l'on a vu arriver ce Raspoutine de Tarek et Pompetti. Les deux auteurs ont donc choisit de nous raconter l'ascension de ce faux prophète qui a eu une importance démesurée dans l'Histoire de la Russie. Une narration qui commence par le vol du manuscrit et qui nous présente un Raspoutine encore inconnu, presque pauvre et déjà charlatant. Le point de vue est resséré sur lui. On peut le regretter. Sans doute une présentation un peu plus large de l'époque aurait-elle été appréciable, juste histoire d'avoir tous les tenants et les abouttisants du contexte qui lui a permis de s'élever dans la société pour arriver jusqu'au Tsar. Pour autant, cela reste plutôt de l'ordre du détail. Le principal est là : le portrait d'un homme dont personnage n'arrive à saisir véritablement les contours dans une époque ou la révolution future de 1917 se dessine. Côté dessin, Pompetti renforce cette impression en se concentrant sur son personnage et notamment sur son visage. Un visage sombre et rarement détendu, avec des mimiques permanentes de conspirateur. Le tout avec un trait assez simple. Quant aux couleurs, elles ne sont jamais vraiment criardes et bien en phase avec le dessin de Pompetti. Au final, on a le sentiment qu'il est encore trop tôt pour vraiment se prononcer sur Raspoutine. On est pour l'heure intrigué. A voir comment les auteurs vont nous emmener dans les prochains tomes.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?