- le  

Le Paria

Louise Cooper ( Auteur), Olivier Ledroit (Illustrateur de couverture), Ange (Traducteur)
Langue d'origine : Anglais UK
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/07/2003  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Le Paria

Publié il y a quelques mois, le premier tome du Maître du temps nous avait épaté. Voilà de la fantasy plaisir ! Un statut qui restait à confirmer avec ce second tome.

Retour sur les aventures des multiples personnages.

Tarod et son destin Tarod a réussi à échapper à la mort commanditée par le grand initié et ses confrères en arrêtant le temps. En effet il est parvenu à déphaser le château de la péninsule de l'étoile dans les limbes. Malheureusement pour lui il se retrouve bloqué dans la forteresse avec l'impossibilité de récupérer sa pierre d'âme qui se trouve dans une pièce désynchronisée du reste de l'édifice.

De son côté, la jeune Cyllan tente tant bien que mal de vivre dans un monde d'hommes, adoptée par son oncle qui l'emploie comme roturière et conductrice de chariots. Elle arrive à Shu Nhadek, au sud de la province de Shu où a lieu un grand marché urbain. Elle y rencontre le fils du Haut Magrave, Drachea, et c'est au cours d'une petite altercation qu'ils vont se retrouver emportés par un vortex qui les emmène directement au pied du château de la péninsule de l'étoile pourtant inaccessible.

Tarod, pour qui Cyllan ne peut repousser un doux sentiment, va l'utiliser pour aller récupérer sa pierre d'âme. En effet, la pièce où elle se trouve n'est inaccessible que pour Tarod. Mais hélas c'est sans compter sur Drachea. Ce dernier force Tarod à rétablir le temps pour sauver Cyllan. On se retrouve donc au point de départ : le grand initié veut tuer notre héros pour éliminer le Chaos.

Un livre qui vit par lui-même

Voici donc le deuxième tome du Maître du temps. D'emblée, on peut dire que Louise Cooper a tenu ses promesses. Avec un style épuré et dynamique, elle nous entraîne dans la folie mentale de Tarod. Cet émule d'Elric est l'anti-héros par excellence. On s'y attache comme on pourrait le détester, son ambiguïté et son humeur changeante reflétant la nature même du chaos. Quant à l'attitude des autres personnages qui gravitent autour de lui, elle n'est qu'humaine. Voici un livre qui vit par lui-même.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?

{{insert_module::18}}