- le  

Le Projet secret

Eric Liberge (Dessinateur), Denis-Pierre Filippi (Scénariste)
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 31/08/2009  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Le Projet secret

Revoilà le duo Liberge et Filippi pour ce quatrième tome des Corsaires d'Alcibiade. On retrouve les dessins et l'ambiance si particulière qui sont la signature de Liberge, créateur de Monsieur Mardi Gras Descendres mais aussi de Métal et Tonnerre Rampant. Le scénariste Denis-Pierre Filippi est quant à lui sur plusieurs fronts et travaille sur Marshal, Vampyres Sable noir ou encore Gargouilles. Comme vous le voyez, nos deux compères ont la tête pleine de projets. À suivre...

Entre Rabat et Alexandrie, la mutinerie couve

Nous retrouvons l'équipe de nos héros qui guérissent leurs plaies à Rabat. Depuis la mission au Pôle nord, nos amis essayent de se remettre en selle et s'entraînent sous la houlette de leur majordome énigmatique et cynique, un certain Harmed. Mais les garçons comme les filles se posent beaucoup de questions sur leur devenir et la perte de leurs amis pèsent sur leur moral. L'arrivée de leur nouveau capitaine et la nouvelle mission n'apporteront pas beaucoup de réponses mais plutôt un questionnement plus profond sur leurs motivations et leur engagement au sein d'Alcibiade. Mais ils ne sont  pas au bout de leur surprises et le voyage entamé à Rabat va les emmener jusqu'à Alexandrie, et bien plus loin encore, permettant à certains de régler de vieux comptes et à d'autres de récupérer une machine terrifiante.

La vitesse supérieure

Cette fois-ci les auteurs sont passés à la vitesse supérieure. En effet, les différentes pistes esquissées dans le troisième tome trouvent enfin un développement. Les personnages semblent se réveiller et se poser les bonnes questions, pas forcément pour leur bien. Les différents protagonistes en lice apportent une saveur exotique à l'intrigue, donnant une dimension politique encore plus importante. Les motivations d'Alcibiade commencent à être dévoilées aux lecteurs de façon plus claire, ce qui n'est pas un mal.

On retrouve aussi la qualité des planches et l'univers si particulier d'Éric Liberge. Mais aussi certains de ses défauts. Les personnages sont toujours aussi difficiles à reconnaître et vu le nombre croissant des disparitions et apparitions, ce n'est pas facile de s'y retrouver dans cette galerie de portraits. En revanche, la bataille navale finale est un vrai régal pour les yeux. En parlant de fin, celle-ci promet aussi une surprise des plus orientales.

Filippi et Liberge signent un quatrième tome de bonne facture où les fans trouveront de quoi assouvir leur curiosité en attendant le prochain.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?