- le  

Le Tesson d'Amenartas

Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 30/06/2010  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Le Tesson d'Amenartas

Henry Rider Haggard s'est lancé dans l'écriture juste après Louis Stevenson. Considéré comme l'égal de Burroughs, ses aventures africaines d'Allan Quatermain furent – et sont toujours – un succès planétaire. Plusieurs adaptations cinématographiques sont là pour en témoigner. Il est également l'auteur de She (Elle ou la source du feu, en français), dont la présente BD est inspirée.

Elie Chouraqui est connu pour ses films (Paroles et Musique, Les Marmottes, Miss Missouri...) et les spectacles musicaux qu'il produit. Mais il est aussi écrivain et, maintenant, scénariste de bandes dessinées.

Alberto Jimenez Albuquerque dessine depuis plusieurs années pour Soleil entre autres. Il a participé notamment aux Fugitifs de l'Ombre et aux Larmes de Fées.

 

Lourd héritage

 

Horace Holly a hérité de deux choses : une cassette fermée et un fils adoptif. Lorsque ce dernier est devenu adulte, ils ont pu ouvrir la cassette et apprendre la terrible histoire de la lignée de son fils.

Tout se passe en Afrique, où une terrible sorcière immortelle règne sur un pays caché depuis des siècles. Elle a autrefois commis un crime horrible qui réclame vengeance. Depuis lors, chaque génération des descendants de la victime se voit offrir le choix d'aller – ou non – tuer ce monstre. Mais la route est semée de pièges mortels...

 

Lourd volume

 

Haggard écrivait au XIXème siècle, pour les lecteurs de l'époque. Aujourd'hui, tant le sujet abordé que le type de narration utilisée sont passés de mode. Des films comme Les Aventuriers de l'Arche Perdue et Greystoke ont renouvelé le genre des aventures africaines au point qu'il ne faut pas seulement dépoussiérer le texte original, mais revoir le découpage même de l'histoire pour rendre honneur au créateur tout en offrant une œuvre moderne au lecteur d'aujourd'hui.

Chouraqui n'a pas choisi cette voie. Il a, tout au contraire, collé au texte et amassé des dialogues qui ont du mal à entrer dans les cases tant ils sont denses. De plus, le départ du livre est une sorte de mantra, de répétition de l'aventure en remontant dans le passé, qui, transformé en bande dessinée, donne un effet de répétition peu attractif. Toutefois, cette approche permet au scénariste – et le contraire lui aurait sûrement été reproché – de satisfaire les amateurs puristes de She en ne déformant à aucun moment l'œuvre du maître.


Le dessin, lui, est totalement moderne. Albuquerque est loin de la ligne claire ou d'un quelconque réalisme pictural. Il a choisi une approche presque onirique, une plongée sous acide dans le monde fantastique et cauchemardesque de cette Afrique envoûtée et envoutante. Parfois un peu fouillis et déroutant, ce choix graphique entraîne le lecteur ailleurs, dans un univers tout à fait à part, dans lequel cette vendetta multimillénaire est plausible et cohérente.

 

Il s'agit donc d'un ouvrage intéressant, mais relevant plus de la transcription en bande dessinée que d'une véritable adaptation moderne de She.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?