- le  

Le Wankh

Jean-David Morvan (Scénariste), Scarlett Smulkowski (Coloriste), Li-An (Dessinateur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 31/12/2002  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Le Wankh - 2

Adam Reith, abandonné sur l'hostile planète Tschaï, cherche toujours un astronef pour retourner sur Terre. Il s'aperçoit bientôt qu'il est un spécimen humain très recherché par les différentes espèces qui peuplent Tschaï. Après s'être fait arrêter à maintes reprises et s'être échappé autant de fois, Adam va-t-il enfin pouvoir rentrer chez lui ?

Un travail titanesque

Li-An est la transcription phonétique du nom de sa mère, d'origine chinoise : une manière claire de faire référence à ses origines. Le parcours du dessinateur est insolite, de la Lorraine, où il est né en 1965, à Tahïti, en passant par l'Allemagne, Madagascar, la Réunion ou Saint-Malo avant de se poser finalement à Orléans.

Influencé par Moebius, il passe la difficile période des projets refusés par les éditeurs avant de participer en 1986 à la création du magazine Le Cri du Margouillat, devenu une véritable institution à la Réunion. Il publie une première histoire dans Circus en 1989 et une autre dans le recueil Sept Histoires de pirates en 1993. Frappé par le Lapinot et les Carottes de Patagonie de Lewis Trondheim, il réalise dans son coin, 60 pages de l'album Planète lointaine.

Par l'intermédiaire d'un libraire BD, il prend contact avec Jean-David Morvan qui l'informera en 1997 de la création d'une nouvelle collection Encrages chez Delcourt. Ensemble, ils vont adapter en bande dessinée l'œuvre mythique de Jack Vance, Le Cycle de Tschaï. Professeur de mathématiques, il s'est mis en disponibilité pour plancher à plein temps sur la série.

Scénariste particulièrement prolifique dans les univers de l'imaginaire, qu'il s'agisse de science-fiction ou de fantasy, Jean-David Morvan n'est plus un inconnu. Né en 1969 en Champagne, on a pu remarquer sa signature sur de nombreuses séries comme TDB, Sillage, ou bien encore La Mandiguerre.

Manque de détails

L'œuvre de Jack Vance est très riche et elle constitue un bon support de scénario. Mais ici, le dessin n'est pas aussi détaillé qu'il aurait pu l'être. Les cases restent plutôt sobres. On aurait bien aimé plus de richesse, plus d'intensité. On ne peut pas réussir une adaptation en BD à tous les coups.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?