- le  

Les amants

Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 25/04/2012  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Les amants

Publié en avril dernier aux éditions Glénat, le premier tome du diptyque des Contes du Cobra nous offre une bande-dessinée haute en couleurs et aux traits bien campés et très expressifs. Le tout étant entièrement réalisé par Enrique Fernandez, qui a déjà de très belles œuvres à son actif : Le Magicien d'Oz (trois tomes parus chez Delcourt), ou encore L'île sans sourire (one-shot paru chez Drugstore).

Une ambiance digne des contes des mille et une nuits...

Dès la première page, les Contes du Cobra nous transportent dans une ambiance orientale et hypnotique. Dans des temps immémoriaux où romance et guerre étaient monnaie courante se trouve un couple, de ceux qui sont indestructibles malgré les épreuves. Ainsi découvre-t-on Sian et Irvi. Sian est promise à un triste sort en tant que courtisane d’un homme riche ; quant à Irvi, s'il est pauvre, c’est un talentueux jeune homme capable de se faufiler dans les lieux les mieux gardés du pays… et il est amoureux de la jeune femme.

Autant le dire tout de suite, on est très vite séduit. Car outre le fil rouge de cette histoire qui est la romance emplie d’obstacles d’Irvi et de Sian, d’autres récits l’entourent et la magnifient.

Un graphisme sublime au service d'une histoire simple... mais magistrale.

La première chose qui retient l'attention du lecteur à l'ouverture de cette bd, c'est la chaleur des couleurs, leur façon de nous accueillir dans un cocon d'esthétisme dont on n'a guère envie de ressortir. Les expressions des personnages sont très caractéristiques, rendant leur reconnaissance très aisée. Ils ont les traits très anguleux, rendant le graphisme général de cette bd très original, et surtout beau.

Tapissé de très nombreux personnages secondaires, vous aurez l’embarras du choix au vue des nombreuses personnalités décrites ici. Entre le voleur saltimbanque au grand cœur, le comédien itinérant qui ne vit que pour la scène et son public, ou encore le terrible Taureau, personnage malfaisant dont on peut mettre en doute l’humanité… chacun a une histoire qui les rend définitivement réalistes et proches de nous, pour le meilleur et pour le pire. 

Vous l’aurez compris, cette bd est une pépite qui regorge de beauté, de beaux sentiments et qui nous laisse un goût d’exotisme et de rêverie une fois achevée. Nous attendons donc de pied ferme le second (et déjà) dernier tome de cette brève série.
 

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?