- le  

Les Débris du chaudron

Nathalie Dau ( Auteur), Magali Villeneuve (Illustrateur de couverture)
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 15/05/2008  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Les Débris du chaudron

Les Débris du chaudron, un ouvrage de Nathalie Dau publié par les éditions Argemmios nouvellement créées par la même Nathalie Dau. Serait-ce de l'autoédition ? Elle s'en explique sur le site internet de la maison d'édition : « Il s'agit ici d'une version révisée et enrichie, accompagnée d'illustrations, de la novella précédemment parue en 2000 aux éditions Fleuve Noir, dans l'anthologie Royaumes [...] épuisée. » Il s'agit, explique-t-elle, de répondre à une demande des lecteurs et de saisir «  l'occasion de retravailler ce texte, qui passe [...] au format roman ».
Elle précise également qu'il y a eu un « travail de direction littéraire effectué par Jean Millemann » afin d'éviter la confusion entre les rôles d'auteur et d'éditrice.
Au texte donc et à son auteur, Nathalie Dau, lauréate du prix Imaginales pour ses Contes Myalgiques, de convaincre ses lecteurs de la pertinence de l'acrobatie.

Les légendes ne sont pas mortes

Durant les temps hors de l'Histoire, Kerridwen, enceinte jusqu'au cou et son époux Kernunnos se dirigent vers une contrée où ils pourront s'installer. Kerridwen devra cependant commencer par affronter Zwerca, Grande Mère du peuple des Addancs.
En 1933, une fillette meurt après s'être aventurée sur un lac. À en croire quelques-uns de ses proches, il ne s'agirait pas d'un accident, mais d'une terrible malédiction attachée à cette famille, à qui est enlevée une fille à chaque génération.
Quel lien peut-il exister entre ces deux récits dont les trames s'entremêlent savamment tout au long des Débris du chaudron  ?
Comme dans nombre de romans de fantasy, les personnages de ces aventures sont écrasés par le poids du passé. Leurs destins, écrits dans leur sang depuis les temps immémoriaux, sont à subir ou, au mieux, à infléchir, sans espoir de s'en affranchir.

La puissance des femmes et des mères.

Tirée des légendes celtiques que Nathalie Dau reprend au plus près de leurs sources, l'histoire des Débris du chaudron fait la part belle à la féminité, opposant à un régime matriarcal qui sépare les hommes des femmes, une vision moins ségrégative, mais tout aussi féministe.
Des hommes ? On en trouve, bien sûr, dans ce roman. Mais ce sont des hommes ternes et de peu d'éclat. Avouons que Kernunnos en gardien du chaudron, en assistant ou en monture animale n'arrive jamais à la cheville de la sculpturale déesse de chair qu'est Kerridwen. Les hommes aident et fécondent les femmes et leurs filles, ils naissent de leur ventre, plus d'une fois si nécessaire et se battent pour leur assurer bonheur et prospérité. Ils sont de minuscules soldats, à l'ombre de leurs mères, sœurs, maîtresses et reines.

Un roman de qualité

Ce premier roman de l' Argemmios, passerelle entre les mythes et le monde contemporain, est agréable à lire et place bien haut la barre pour les futures publications de cette nouvelle maison d'édition. Un style aussi recherché que le vocabulaire employé, un rythme soutenu, des références précises et une réécriture dynamique des récits dépoussiérés, le parti pris de faire des héros des êtres passionnés, faillibles et tout en nuances, en font un texte captivant.
Alors on lit, on dévore, et on pardonne tout, des scènes de viols, d'inceste et de tuerie inutilement détaillées, au vert fluo d'une couverture peut-être un peu trop figurative, en passant par les illustrations intérieures qui négligent la part de dialogue entre le texte et ses lecteurs adultes et tendent à imposer une vision unique des personnages. Le texte, ici est essentiel et nul doute que, comme les Contes Myalgiques, Les Débris du chaudron sauront séduire un public exigeant, désireux de rêver un peu et de plonger dans le chaudron des contes celtiques.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?