- le  

Les Nuits

Laurent-Frédéric Bollée (Scénariste), Griffo (Dessinateur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 31/12/2010  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Les Nuits

Laurent-Frédéric Bollée et Griffo s’étaient lancés dans l’aventure de L’Ultime Chimère voici quelques années. S’adjoignant les services de plusieurs dessinateurs reconnus, variant selon les tomes et les époques décrites, ils ont mené cette série jusqu'à son terme, puisque voici arrivé le septième et dernier tome qui clôt la saga de la Flèche de Nemrod, de l’Antiquité à nos jours. Pour ce dernier volet, c'est Griffo lui-même qui s'est attelé au dessin.

 

Fin de règne

 

Arthur Witzler est mourant, dans son lit au sommet de la station orbitale qu'il a fait construire. Pour survivre, il ne lui reste plus qu'une seule chance : obtenir les aveux de Morgan Shepperd, l'homme qui, depuis plusieurs millénaires, est le gardien de la Flèche de Nemrod. Dans l'espace, le dernier acte du drame va pouvoir se jouer.

Shepperd, lui, n'espère plus qu'une chose : se débarrasser de la malédiction que représente la vie éternelle. Et il voit en Wiztler celui qui pourrait lui offrir une porte de sortie. C'est sans compter sur tous les hommes qui gravitent autour du vieux magnat, cherchant des bribes de pouvoir.

De trahison en retournement, les drames s'accumulent, sur Terre comme sur la station. Pour finir bien différemment que beaucoup ne l'avaient imaginé.

 

Une fin philosophique malgré les apparences

 

Voici venue la fin du périple. Peut-être pas celui de la Flèche elle-même, au moins celui du cycle de bandes dessinées. Une fin surprenante, étonnante, qui laisse un étrange goût de frustration. Au premier abord, il semble que le scénariste ait bâclé le travail, bousculant tout pour achever l'histoire.

Pourtant, à bien y regarder, ce n'est pas le cas, tout au contraire. Sans rien en dévoiler, la pirouette finale est excellente, nous renvoyant à Nemrod et à ses ambitions, donnant à chacun, d'une manière ironique et cruelle, ce qu'il désirait. Et en laissant de l'espace à une suite possible.

 

Les sept tomes de cycle, qui paraissaient par moments décousus et un peu fouillis, valent le coup d'être relus, une fois le rideau final tombé sur l'aventure. Un beau travail, de longue haleine, mais réussi !

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?