- le  

Maman vous aime

Juliette Nardin (Coloriste), Bertrand Bouton (Scénariste), Cédric Fortier (Dessinateur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/12/2009  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Maman vous aime

Cédric Fortier et Bertrand Bouton sont encore inconnus du grand public, et pour cause, puisque Maman vous aime est leur premier album à être publié. Pourtant, Bouton est un auteur de récits fantastiques qui a déjà publié des nouvelles et un roman, Adae, chez Interkeltia. Quant à Fortier, c'est un des artistes de l'atelier du Marquis. Le premier tome de Braise est l'occasion de découvrir ce dont tous deux sont capables.

Escapade fantasmagorique pour des orphelins

Prune et son frère Janus, aveugle, n'ont pas de parents. Ils vivent, avec d'autres enfants comme eux, dans un orphelinat. Un soir, Braise apparaît. L'homme-chat guide les gamins jusqu'au royaume de la Reine, dont il promet l'amour aux enfants qui n'ont jamais connu celui d'une mère. Mais derrière les apparences joyeuses du pays carnavalesque dans lequel sont arrivés les orphelins se cache une réalité bien moins reluisante... et une vraie menace.

Un premier tome peu original mais qui capte le lecteur

En racontant le voyage d'une poignée d'orphelins jusque dans un  monde apparemment merveilleux, mais qui cache en fait une hideuse réalité, Bertrand Bouton et Cédric Fortier n'innovent pas beaucoup. Maman vous aime évoque immanquablement l'Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll. Remplacez le lapin blanc par Braise, le chat noir et bleu, et passez de l'autre côté du miroir.
Mais plus encore, c'est au Voyage de Chihiro de Hayao Miyazaki que l'on pense en parcourant les planches de ce premier tome de la série Braise. Comment ne pas faire le rapprochement entre Prune et Chihiro, toutes deux petites filles qui se perdent dans un parc d'attraction dirigé par une sorcière – ici une Reine qui a les pouvoirs d'une magicienne – mal intentionnée et dont la demeure est loin d'être le paradis enfantin qu'il semble être ?

Cela dit, Maman vous aime réussit pleinement son office, capter le lecteur, et pas seulement grâce aux références qu'ils éveillent chez ce dernier. En effet, Braise a la qualité de mettre en scène des personnages attachants. Il y a Prune, évidemment, petite orpheline, seule parmi le groupe d'enfants à ne pas succomber aux attraits du parc d'attraction, qui voit ses compagnons, et notamment son frère, tomber sous la coupe maléfique de la Reine.
Il y a surtout Braise, l'homme-chat qui donne son nom à la série. Ce n'est pas par hasard. La créature au langage ampoulé, aux manières extravagantes, apparaît d'abord comme un grand méchant captivant. En réalité, ce personnage est loin d'être superficiel, il cache autant de secrets que le royaume empli de monstres de la Reine.

C'est un peu ainsi qu'on pourrait résumer Maman vous aime : faussement simple. Une impression renforcée par les planches de Cédric Fortier. Ses dessins paraissent lâchés nonchalamment sur le papier, alors que chaque case est bourrée de détails, très travaillée. Les visages expressifs et les attitudes réalistes de personnages toujours en mouvements sont pour beaucoup dans le dynamisme qui se dégage des planches et dans le maintien du rythme du récit tout au long de l'album.
Le travail de Fourtier, déjà excellent, est magnifié par celui de Juliette Nartin, à la palette de couleurs. Sans jamais dénaturer les dessins de son collègue, elle choisit des teintes qui, au contraire, renforcent admirablement – et composent en grande partie – l'ambiance des scènes. L'artiste réussit notamment à engloutir autant les personnages que le lecteur dans l'obscurité de la nuit tombant sur le parc d'attraction.

C'est un trio d'artistes talentueux qui a produit Maman vous aime, le premier tome d'une série de quatre volumes qui ne nourrit pas le lecteur de thèmes originaux, mais qui réussit à le transporter dans un merveilleux à l'horreur envoûtante. On a envie, en refermant l'album, de découvrir la suite.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?