- le  

Miroir, Miroir…

Richard Matheson ( Auteur), Kain (Illustrateur de couverture), Pierre-Paul Durastanti (Traducteur)
Langue d'origine : Anglais US
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/03/2003  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Miroir, Miroir…

On ne présente plus Richard Matheson, découvert avec la nouvelle Né de l'homme et de la femme en 1950 et devenu culte avec la centaine de textes suivants ainsi que ses romans Je suis une légende et L'homme qui rétrécit.

Car l'intégrale ne l'était pas…

On le savait, l'intégrale en cinq volumes était incomplète puisqu'une demi-douzaine de titres des années 50 n'y figuraient pas. La nouvelle écrite avec son fils était disponible dans l'excellent recueil Dystopia (en deux volumes chez Flammarion). En voyant arriver ce nouveau volume, on pouvait se dire, chouette voici les six qui manquaient… et bien pas du tout.

…Et ne l'est toujours pas

Car en fait, les huit nouvelles composant ce recueil sont les dernières écrites par l'auteur : de 1999 à 2002. Le cinquième volume de l'intégrale, La touche finale était sorti en mars 2001 et s'arrêtait en 1989. Depuis cette date le maître s'était fait discret et avait écrit au compte goutte. Voici le résultat : une (beaucoup trop) courte anthologie de 160 pages en forme de rappel.

Miroir, Miroir… : 8 nouvelles, 8 inédits

C'est toujours un plaisir de lire du Matheson, et même si ces huit nouvelles n'ont pas la force de ses plus grandes œuvres, il faut bien reconnaître que l'auteur cisèle chaque phrase avec un plaisir évident de jouer avec les formes de narrations et les images. Miroir, Miroir… qui ouvre ce recueil raconte l'histoire d'une femme obsédée par son apparence physique qui va vivre son pire cauchemar. Dans la douleur et Tout n'est que silence sont à part dans la production de l'auteur puisqu'elles ne finissent pas sur l'habituel coup de théâtre mais laissent au lecteur plusieurs possibilités d'interprétations.

Matheson revient à ses premières amours dans les deux nouvelles suivantes : Coup de fil de l'autre côté de la rue et Voyons si vous vous souvenez de lui. Deux histoires avec le diable : entre pacte et inspiration du mal. La dernière nouvelle, sans doute une des plus poétique et pathétique du recueil, voir de l'auteur n'a rien de fantastique ou de SF. Il y dissèque les sentiments et la passion amoureuse qui va naître et détruire une femme.

Une très bonne pioche

Si vous avez dévoré l'intégrale des nouvelles, ce rappel vous fera énormément plaisir. Par contre, si vous voulez découvrir le Matheson nouvelliste, il est peut-être préférable de commencer par le commencement : Derrière l'écran afin de mieux savourer ces derniers textes. Mais au final, quelle joie de retrouver une fois de plus ce très grand auteur qui transcende les genres.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?