- le  

Nuits au fer rouge

Michael Welply (Illustrateur de couverture), Glen Cook ( Auteur), Jean-François Le Ruyet (Traducteur)
Langue d'origine : Anglais UK
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 24/02/2011  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Nuits au fer rouge

Glenn Cook est un auteur de dark fantasy né en 1944. Depuis les années 1970, il publia de nombreuses séries de fantasy dont le Cycle de la Compagnie noire, sa série la plus célèbre composée de onze livres sortis entre 1984 et 2000. Il créa aussi Garret, détective privé en 1988, dans un univers entre roman policier et roman de fantasy noir. Depuis la première parution, douze livres furent écrits et publiés aux USA. Le sixième tome sort actuellement en France.

Tueurs en série et magie noire

Dans les bas-fonds de Tonnefaire, un tueur en série découpe de jolies filles. Ses points distinctifs : toutes les demoiselles se ressemblent et des papillons verts sont retrouvés près des corps. Garret, détective privé de son état, est appelé par la police locale, le Guet, pour résoudre cette affaire. Accompagné de ses amis Morlet, un elfe coureur de jupons, et l’homme-mort, un obèse mort mais dont l’esprit est piégé dans son corps, Garret s’efforce de trouver et éliminer le coupable de ces atrocités. Toutefois, le problème est complexe puisque les meurtres continuent après la mort des coupables. Il semble qu’une magie ancienne soit à l’œuvre.

Enquête policière loufoque

Tonnefaire est une ville comme il en existe peu en fantasy. Glauque, peuplée de lézards-foudres, de trolls, d’elfes, d’humains, elle se divise en quartiers riches et pauvres sans que son organisation réelle soit précise pour le lecteur.

L’histoire globale de ce tome repose sur une enquête policière comportant des rebondissements sans grande originalité et beaucoup de répétitions. Les personnages, eux, sortent vraiment de l’ordinaire entre l’elfe coureur de jupons et manieur de couteaux, l’homme-mort qui lit dans les pensées et notre héros détective, pas si chanceux que ça en amour ou en parties de jambes en l’air avec les jeunes demoiselles. Toutefois, le lecteur peine à s’attacher à ces personnages décalés et à l’humour noir. L’auteur semble aussi avoir eu la volonté de donner un certain franc-parler campagnard à son personnage principal. Mais le non respect de points de la grammaire est désagréable et horripilant à force de répétition. Les éléments qui semblaient ainsi faire l’originalité de l’écriture de Glenn Cook, que nous retrouvons sous une autre forme dans sa série le Cycle de la Compagnie noire, est donc ici perturbant ou incompréhensible.

Par ailleurs, pour ceux qui n’ont pas suivi la série depuis ses débuts, si vous ne vous mettez pas à jour avant de lire ce sixième tome, de grands et nombreux passages de l’histoire parallèle liée à la vie des personnages vous seront d’une incompréhension totale.

Ce sixième tome de Garret, détective privé est donc assez décevant et est loin d’égaler le niveau et l’ingéniosité de Glenn Cook dans ses autres romans.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?