- le  

Oceanica

Jean-Baptiste Andreae (Dessinateur, Coloriste), Patrick Fitou (Scénariste)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/07/2002  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Oceanica

Après des études aux Beaux Arts de Bordeaux et un passage par la publicité et l'infographie, Andreae, grâce à sa rencontre avec Mathieu Gallié, se lance dans l'univers de la Bande Dessinée. Ensemble, ils créent la magnifique série Mangecoeur (L'Intégrale, Vents d'Ouest, 2000) plusieurs fois primée notamment à Angoulême avec l'Alph-Art du meilleur album en 1995 et à découvrir absolument. Puis ils retravailleront ensemble sur les deux tomes qui constituent Wendigo (tome 2 : Faux Soleils, Vents d'Ouest, 2000). C'est avec bonheur que l'on retrouve ce dessinateur hors pair qui en si peu d'albums a su mettre de la magie dans nos vies.

Fitou réalise avec cet album son premier scénario de Bande dessinée. Après avoir été responsable des programmes sur une radio libre puis Directeur Artistique d'une agence de communication, il est aujourd'hui graphiste freelance spécialisé dans la presse indépendante et webdesigner.

Le virus de la liberté...

Comme tous les soirs, la fête bat son plein sur l'immense paquebot nommé le Mékaton. Bruno est de mauvaise humeur et c'est à reculons qu'il s'y rend avec sa mère Edmée. Mais voilà que ce soir, un événement inattendu survient. Un jeune rhinocéros, Philéon, déboule dans la salle de bal avec à ses trousses les " Forces spéciales " qui l'accusent d'être porteur d'un virus extrêmement dangereux. Philéon se réfugie dans la cabine de Bruno et de sa mère. Ces deux-là seront-ils contaminer par le " virus " de Philéon qui n'est autre que l'envie de quitter ce navire qui sillonne inlassablement les mers et de mettre enfin le pied sur la terre ferme ?

Chapeau bas...

C'est une merveilleuse histoire que nous donnent à lire Andreae et Fitou, tant au niveau du scénario que du dessin. Toute l'action a lieu dans un endroit clôt appelé le Mékaton, un immense paquebot, sur lequel une ville entière s'est développée, et qui sillonnent sans relâche les océans. Par le nombre de races présentes tant humaines qu'animalières et par le fait qu'il vogue sans arrêt, le Mékaton fait figure de nouvelle Arche de Noé. Cela fait des générations que les passagers n'ont pas mis pied à terre et est considéré comme fou celui qui a le projet de quitter le navire. C'est pourquoi Philéon, petit rhinocéros rêveur et aventureux est poursuivi sans relâche par les " Forces spéciales " qui peu à peu prennent le contrôle du navire. Ce personnage par ailleurs est totalement atypique, il est à la fois intelligent et simple d'esprit, timide et courageux, et surtout déterminé. Comme tous les rêveurs, petits et grands, il met en danger le pouvoir établi et risque d'entraîner dans sa folie douce d'autres personnes qui à leur tour contesteront les règles dites immuables, en l'occurrence l'interdiction de quitter le bateau. Le dessin d'Andreae rend parfaitement cette ambiance entre le rêve et le cauchemar. De nouveau il retrouve le thème de la fête grimaçante. En effet, dans Mangecoeur déjà l'action se passait dans une fête foraine, peuplée de clowns cruels, dont l'accès était interdit aux enfants. Sur le Mékaton aussi on vit dans une fête continuelle depuis des générations d'où une perversion de l'esprit du Carnaval, qui n'est plus l'inversion des valeurs, au contraire l'ordre est parfaitement respecté mais une volonté de combattre l'ennui et d'oublier. La ville-paquebot ne s'amuse donc pas mais vit dans une hystérie collective. C'est un premier tome profond et original, poétique et drôle, dont on attend maintenant la suite avec impatience.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?