- le  

Oh-roh-den T2

Kentaro Miura (Dessinateur), Buronson (Scénariste)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Japonais
Aux éditions : 
Date de parution : 31/10/2008  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Oh-roh-den T2

Buronson est le scénariste bien connu de Hokuto no ken (Ken le survivant) et se spécialise dans les histoires sombres et violentes, à l’image de sa série phare. Il participe ici avec Kentaro Miura, l’auteur de Berserk, à une uchronie située au Moyen-Âge. Tous deux ont déjà collaboré sur un autre manga se déroulant dans un monde post-apocalyptique, Japan.

Oh-roh-den est une série en deux volumes et nous conte les aventures de Kengo Iba, un jeune historien japonais envoyé à l’époque de Gengis Khan à la suite d’une anomalie spatio-temporelle. Il découvre que l’empereur mongol est en fait un héros japonais, Minamoto Yoshitsune. Il finit par tuer ce dernier et prendre sa place afin que l’Histoire puisse suivre son cours.

Un deuxième volume sur les mêmes bases que le premier

Kengo Iba a donc pris la place de Gengis Khan. Pour ne pas modifier le futur, il devra gagner les mêmes batailles que l'empereur mongol mais surtout mourir au même moment. Et son fils devra lui succéder.

Ce dernier, Qubilai, n'est pourtant pas attiré par l'art de la guerre mais Kengo Iba doit laisser ses sentiments de côté, et lui faire subir un entraînement sévère pour qu'il devienne un grand guerrier. Il devra faire face à l’intrusion de l’armée chinoise parvenue à cette époque par le même biais que lui.

Une série intéressante mais trop peu nuancée

Buronson reprend de manière astucieuse l’époque de l’Empire mongol et plusieurs figures de l’Histoire japonaise pour donner une histoire assez originale et bien menée. L’obsession du héros à conserver l’Histoire dans son intégrité le pousse à la violence et à faire preuve d’un certain manque d’humanité. La violence de la guerre est ainsi bien rendue, même si on retrouve une mise en scène assez caricaturale et quelques passages assez peu crédibles. Certains raccourcis pourront faire grincer des dents mais l’histoire reste cohérente.

Le dessinateur fait preuve de virtuosité dans la transcription des combats et le caractère outrancier et parfois caricatural du trait correspond au scénario, violent et sans concessions. Les principales faiblesses de cette série sont liées au scénario : on peut trouver de bonnes idées mais traitées trop rapidement, et les héros ainsi que les personnages secondaires manquent de consistance. Sans parler des militaires chinois dépeints en quelques pages et servant à mettre en avant le génie militaire de Kengo Iba. Ce dernier reste en toutes circonstances fidèle à lui-même et à sa volonté de préserver le cours de l’histoire, mais jamais on ne voit de doutes l'effleurer. Tous les personnages sont ainsi à l’image du héros, d’un seul bloc, et sont finalement assez peu attachants.

Il n’est pas si fréquent de trouver des séries de mangas en deux volumes, mais le manque de nuance et de richesse des personnages, ainsi que plusieurs bonnes idées mal exploitées, rendent cette série assez frustrante.
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?