- le  

Pair de l'Empire

Raymond E. Feist ( Auteur), Anne Vétillard (Traducteur), Johan Camou (Illustrateur de couverture), Janny Wurts ( Auteur)
Langue d'origine : Anglais US
Aux éditions : 
Date de parution : 30/09/2006  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Pair de l'Empire

Avec Fille de l’Empire, le premier volume de cette trilogie, Raymond E. Feist et Janny Wurts avaient fait fort. Ils avaient placé la barre très haut en mélangeant fantasy et intrigue politique dans un monde totalement innovant, sorte de melting-pot de Moyen Âge japonais et de société mayas. Bref, on était sous le charme.

La différence : un thème éternel

Dès les premières pages du second tome, on sent qu’ils ont décidé de jouer le changement dans la continuité. Bien sûr la politique reste au premier plan dans cette société totalement encadrée par l’honneur et les traditions. Mais une nouvelle dimension apparaît lorsqu’une petite histoire d’amour entre Kevin, un esclave venant de Midkémia (le monde moyennâgeux occidental de la série de Krondor), et Mara, la maîtresse du clan des Acoma, naît au détour de leur rencontre. Loin de donner totalement dans le sentimental à l’eau de rose, cette passion permet surtout aux auteurs de cultiver un thème cher à la science fiction et à la littérature tout court : la différence. Les longues discussions entre les deux amants sont là pour mettre en relief leurs deux cultures et leurs deux modes de pensée. Chacun essaie de comprendre l’autre avec son point de vue ce qui ménage quelques bons moments entre ce grand escogriffe à la langue bien pendue et cette minette asiatique à la fois fonceuse et charismatique.

Retour dans la réalité


Evidement, l’intention est louable surtout qu’encore une fois on ne sombre pas trop dans le " Harlequin ". Et puis très vite, leur idylle passe au second plan des préoccupations des narrateurs. Dans ce monde imaginé par Wurts et Feist, les intrigues et les complots ne sont jamais loin et Mara n’a pas encore assis la position de sa maison. Sa sécurité reste menacée. On retrouve alors toutes les subtilités du " grand jeu " pour le pouvoir que l’on avait découvert avec Fille de l’Empire.

Pfff, facile…


En résumé donc, on prend encore pas mal de plaisir avec ce livre. L’écriture est agréable, l’histoire bien dosée et c’est avec une surprenante facilité que l’on avale les centaines de pages de ce volume. A peine regrettera-t-on la facilité avec laquelle l’héroïne réussit tout ce qu’elle entreprend, déjouant les pièges les plus tordus et hissant sans heurt son prestige au plus haut. Heureusement, toute l’ambiguïté de sa relation avec son beau barbare rééquilibre les choses. La gestion d’un rapport maître-esclave au lit n’est pas sans lui poser quelques soucis. Ouf… elle est humaine !

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?

{{insert_module::18}}