- le  

Pen Dragon

Mika ( Auteur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/12/2007  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Pen Dragon

Mika est un auteur complètement autodidacte. Il commence à dessiner en reprenant les personnages de ses séries préférées (Dragon Ball et Saint Seiya en tête). Sa carrière débute par des illustrations pour le magazine Cassus Belli, puis il travaille pour le collectif les Contes de Korrigans.
Il finit par démarcher les grandes maisons d’éditions de manga au Japon, qui lui feront des critiques constructives pour éditer son premier manga en France, Pen Dragon.
 
A la recherche d’X-Kalibur
 
La quête pour lever la malédiction qui s'est abattue sur son village commence enfin pour Pen ! Mais avant ça, il doit partir à la recherche d’X-Kalibur, l’épée légendaire dérobée à son maître Merilun par Oud, un mystérieux voleur au passé sombre et violent. Pen prend donc la route pour la grande ville de Notiga, où s’est enfui son ennemi. Seulement là-bas, Oud se trouve être condamné à mort par le shérif. Pen doit donc arriver à temps pour l’empêcher d’être décapité afin de le faire parler et retrouver X-Kalibur.
 
Entre orient fantastique et occident légendaire
 
Ce nouveau tome de Pendragon marque le véritable début de l'aventure pour Pen. Notre jeune héros fait face à de nouvelles menaces et d’autres alliés font leur apparition. Dans la droite lignée des Naruto et autre Bleach, Pendragon prend la tournure des grands shonen à héros multiples, même si les personnages secondaires mériteraient d’être légèrement étoffés dans les prochains tomes.
 
Mais tous ces nouveaux personnages sont autant de promesses de rebondissements et autres développements scénaristiques de très bon augure et que l’on attend avec impatience.
 
Ce deuxième tome a malgré tout tendance à s’enfoncer peu à peu dans les stéréotypes et laisse un petit goût de déjà-vu. Ainsi, s’il était difficile de ne pas penser à Dragon Ball Z dans le premier tome lors de la transformation de Pen au contact d’X-Kalibur, c’est ici Naruto qui laisse son empreinte notamment lorsque Pen subit une nouvelle transformation, ou lorsque est évoqué le passé de Oud, qui fait étrangement penser à celui d’Uchiha Itachi.
 
S’il y a une chose à retenir de ce Pendragon tome 2, c’est son aspect « multiculturel » plus que jamais affirmé par l’auteur qui emprunte au Japon son art du shonen manga et qui agrémente ses personnages et son univers de contes et légendes à résonance occidentales. Les lecteurs les plus attentifs remarqueront çà et là des références à Alice aux Pays des Merveilles, Pinocchio, ou Robin des Bois.
 
On note tout de même que le côté « quête de Graal version manga » amorcé dans le premier tome ne trouve pas vraiment d’écho dans ce deuxième volume. Mais est-ce vraiment un mal ?
 
Les dessins de Mika aux accents "Dragon Ballesque" font toujours autant plaisir à voir, et on appréciera également les pages bonus de fin de manga avec making of, esquisses et galeries de personnages.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?