- le  

Radix

Eric Scala (Illustrateur de couverture), A. A. Attanasio ( Auteur)
Langue d'origine : Anglais US
Aux éditions : 
Date de parution : 31/08/2005  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Radix

A.A.Attanasio est un auteur américain dont tout ce que l’on sait, c’est qu’il est né en 1951 et qu’il vit à Hawaï. Il écrit aussi sous le pseudonyme de Adam Lee. On lui connaît plus d’une vingtaine de livres en anglais, dont peu sont traduits en français. Il est surtout remarquable par sa technique d’écriture, mélange d’onirisme et de néologismes qui donnent au lecteur l’impression de voyager dans un autre monde. Son livre le plus abouti est Radix, livre culte pour certains, dont la réédition était attendue par les fans. C’est un épais pavé de 500 pages dans lequel l’auteur donne libre cours à sa vision colorée d’un univers complexe qu’il définit bien au-delà du visible. Il a raté de peu le prix Nebula lors de la sortie de l’ouvrage en 1981.

Avec Radix, vous allez suivre le long cheminement, tant physique que spirituel, qui va mener un jeune adolescent marginal jusqu’au statut de demi-dieu. Obèse, introverti et égoïste, sa seule « qualité » est de posséder un génome humain pur, chose rare dans un monde balayé par les radiations cosmiques, sur lequel règnent les mutations et la violence. Le héros va voyager de plus en plus loin, rencontrant au fur à mesure de sa vie mouvementée une galerie de personnages hors du commun, mutants, voyants, extra-terrestres ou cyborgs. Utilisé et manipulé par des entités à la puissance inconcevable, il saura, par chance et par force d’âme, résister jusqu’au bout et se libérer de toute emprise. Ballotté de maître en maître, plus victime que moteur, il ira au bout de son épopée. Parcourant à la fois le monde et le temps, le jeune homme laid va s’ouvrir au monde et aux autres. A la fin de son voyage, il trouvera sa destinée et la place qui est la sienne dans le cosmos.

Ce livre est un long texte au décodage difficile, situé à de nombreux niveaux. On peut le lire comme une épopée initiatique qui montre comment même le plus minable peut, à force de patience, se montrer plus fort et devenir meilleur. On peut le regarder comme une invitation au voyage spirituel au fond de soi-même, là où se cache le dieu qui sommeille en chacun de nous. Il est encore possible de le lire sous l’angle d’une apologie de l’acceptation de l’autre, du refus de la différence quelle que soit la tare ou l’aspect de son vis-à-vis.

Lors de sa sortie, il a été comparé à Dune. Si l’on y retrouve bien en filigrane un univers complexe et multiforme comme dans le roman d’Herbert, la dimension psychédélique et initiatique du texte me fait plutôt rapprocher cet ouvrage de 2001-L’Odyssée de l’espace. Le lecteur de Radix a parfois l’impression de se retrouver, perdu et impuissant, au milieu de l’avalanche de couleurs de la fin du film de Kubrick. Un peu trop souvent, en fait.

Au final, c’est un livre long, parfois verbeux, qui ne privilégie jamais l’action, mais qui laisse au lecteur une palette inoubliable de visions et de couleurs. On s’ennuie parfois même si la plume d’Attanasio sait faire jaillir des images aux détails incroyables des pages blanches du livre.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?