- le  

Rennes-le-Château

Jérôme Félix (Scénariste), Paul Gastine (Dessinateur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 28/02/2009  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Rennes-le-Château

Jérôme Félix est un scénariste considéré comme une valeur nouvelle de la bande dessinée française. Il a déjà réalisé des albums comme L'Arche ou Un pas vers les étoiles. Il anime aussi des ateliers BD et c'est lors de l'un d'eux qu'il a remarqué Paul Gastine, avec lequel il travaille sur la série L'Héritage du Diable.

Un mystérieux tableau

Constant est peintre. C'est aussi et surtout un amoureux abandonné, à la recherche de la belle Juliette qu'il a tenue une seule nuit dans ses bras avant qu'elle ne disparaisse. Depuis il se morfond, ne dessinant que des portraits de la femme qu'il aime en vain.
Sa vie va prendre une autre tournure quand il découvre sur une reproduction d'un vieux tableau du XVIIème siècle le visage de Juliette. L'achat de cette copie va le lancer dans une course effrénée, pavée de pièges et d'embûches. Sa route va croiser des tueurs, des nazis, une femme fatale et une Arsène Lupin en jupon...
Car d'autres secrets se cachent dans le tableau... On dit qu'il est une des clés pour trouver l'héritage du diable, un pouvoir terrible et mystérieux. Et ceux qui savent sont capables du pire pour mettre la main sur ce savoir !

Sympathique... sans plus

Le point de départ de cette histoire est l'étrange aventure de l'abbé Saunière qui défraya la chronique en son temps. L'homme disait avoir découvert d'anciens parchemins et les avoir décryptés. Il semblait disposer de fonds illimités alors qu'il n'était qu'un curé de campagne. Dan Brown s'est aussi servi de cet homme dans ses livres.

Félix ne s'en cache pas, il a puisé les idées, les lieux et les rebondissements de son histoire dans d'autres œuvres. Le lecteur peut par moment se retrouver en compagnie d'Arsène Lupin, d'Indiana Jones ou dans un remake du Da Vinci Code. Il devait être possible de tirer de ce mélange quelque chose de différent, qui ait sa propre identité et nous interpelle en propre.
Mais le scénariste n'est pas allé jusqu'au bout. Pour cela, il aurait fallu avoir des personnages forts, réalistes, conscients, des êtres vivants. Or chaque protagoniste de cette aventure est un archétype, parfois une caricature, comme les nazis suffisants et bavants ou la méchante tirée directement de Qui Veut la Peau de Roger Rabbit. Le plus regrettable est d'avoir choisi un héros insignifiant, sans force d'âme ni personnalité. Il n'est même pas brisé ou désespéré par la trahison de son amour, juste absent.

Le dessin, heureusement, rehausse l'intérêt de l'histoire. De facture très classique, maîtrisée – sauf pour les scènes de combat, mais elle sont rares – il nous plonge avec exactitude dans un Paris occupé ou une France encore rurale et verdoyante.

Il s'agit donc d'un album contournable, mais distrayant.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?