- le  

Rose Blanche

Julien Blondel (Scénariste), Camilo Collao (Dessinateur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 25/07/2007  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Rose Blanche

Julien Blondel signe le scénario d’Actor’s Studio. Scénariste de bande dessinée, auteur de jeux de rôles et journaliste, il a notamment travaillé sur la Caste des Métabarons, de Jodorowsky, édité chez les Humanoïdes associés. Parmi ces influences on peut notamment citer James Elroy, Nine Inch Nails, David Lynch, Charles Bukowski et Radiohead.
Camillo Collao est né en 1981. Il découvre Akira et Dômu de Katsuhiro Otomo à l’âge de 13 ans. Fervent lecteur de Moëbius (en particulier l’Incal), il est également passionné par le travail de Yoshitaka Amano (Final Fantasy) et d’Osamu Tezuka. Il a déjà collaboré avec le dessinateur Sera à deux tomes de la série Les Processionaires, parus chez Albin Michel.
 
La mort en direct
 
Etats-Unis. De nos jours. La société vient de faire un pas de plus dans le voyeurisme sordide en autorisant les « snuff movies », ces films mettant en scène des tortures et meurtres réels. Colin Harper est la star des réseaux clandestins où s’échangent ces vidéos. Mais le tueur décide de raccrocher de son flingue et rêve de vrais rôles et de reconnaissance. C’est le moment que choisit le producteur Darryl Benders pour le contacter pour un dernier travail. Son dernier rôle. Le meilleur…
Léa est une adolescente taciturne, qui revit sans cesse le meurtre de ses parents sous ses yeux, pour les besoins d’un « snuff movie ». La jeune fille souffre de l’absence de ses parents, mais éprouve une étrange fascination pour l’homme qui les a tués.
L’inspecteur Todd Peterson enquête sur un « snuff » dont le tournage aura lieu très prochainement. Un acharnement à en retrouver l’acteur principal, un certain Colin Harper, contre lequel il a perdu un procès quelques années plus tôt…
Trois destins, trois points de vue, pour une immersion dans le monde clandestin du meurtre commandité, pour le simple plaisir des téléspectateurs.
 
Dans l’enfer du Snuff Movie
 
Premier manga sur l’univers du snuff movie, Actor’s Studio ne fait pas dans la dentelle avec une scène d’ouverture qui a le mérite de mettre les points sur les « i ». Ceci est un manga pour adultes.
D’où le choix de Camilo pour le dessin dont les traits, inspirés de Katsuhiro Otomo rendent justice à une ambiance glauque, pesamment présente durant toute la lecture de ce premier tome. Le découpage des cases, extrêmement cinématographique, permet également au lecteur de plonger dans l’histoire comme on plongerait dans un bon film.
Le scénario, en plus de prendre pour thème un univers dont on parle si peu en bande dessinée, laisse entrevoir le meilleur pour la suite. Trois destins liés et manipulés par une force qui les dépasse, certains diront que c’est du déjà vu, certes, mais le sujet, encore une fois original mérite que l’on s’y attarde.
Blondel signe également des dialogues très réalistes ( hollywoodiens, diront certains) dont quelques répliques ne passeront pas inaperçus aux yeux amateurs de films de genre.
 
En bref, un belle entrée en matière pour cet Actor’s Studio Tome 1. Le tome 2 est donc attendu au tournant…

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?