- le  

Secret

Michel Suro (Dessinateur), Eric Corbeyran (Scénariste), Yannick (Coloriste)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 30/04/2006  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Secret

La série Le Chant des Stryges, illustrée par Richard Guérineau, ayant eu le succès (amplement mérité d’ailleurs) que l’on sait, Corbeyran a développé autour de l’univers de la série plusieurs autres séries, chacune illustrée par un dessinateur différent : Le Maître de jeu avec Charlet et Le Clan des Chimères, une aventure résolument orientée fantasy, dans un XIIIe siècle sombre et fanatastique, avec Michel Suro. Plus récemment, Corbeyran a travaillé sur Les Hydres d’Ares (avec Marc Moreno), Imago Mundi (8 tomes, avec Luc Brahy et Braquelaire), le troisième volume de la série Le Régulateur avec Marc Moréno, et un projet de 12 albums sur un an, La loi des douze Tables, avec Defali et Pérubros.
Michel Suro a dessiné les quatre tomes de Sundance avec Corteggiani (Glénat). Il est également l’illustrateur de Raimond le Cathare, la bande dessinée adaptée du roman de Dominique Baudis.

La fin est proche…

L’épopée des seigneurs de Roquebrune tire à sa fin. Dans cet avant-dernier volume, Cylina révèle le secret honteux de la lignée, un secret qui remonte à huit générations, tandis qu’elle conduit son frère Abeau vers l’antre des Stryges, et qu’elle tente désespérément de se rapprocher de lui... Car Abeau est l’enfant idéal attendu par les démons, celui par lequel ils pourraient gagner leur liberté. Et si le frère et la sœur discutent à profusion, les motifs véritables de chacun demeurent mystérieux…

Mais il ne se passe pas grand-chose…

Malheureusement, comme dans le volume précédent, il ne se passe pas grand-chose ici. L’album presque entier est consacré au trajet vers l’antre des Stryges, et la description par Cylina de l’histoire de Roquebrune sonne un peu artificielle (tout comme le comportement des protagonistes), et un peu trop exhaustive. Que reste-t-il pour le dernier album ?
D’autre part, j’ai été nettement moins convaincue par le dessin dans ce tome que dans le précédent. Il y a plus de planches avec des petits ratés, et aucune qui marque plus particulièrement, même si le travail sur la couleur continue le long des lignes qui faisaient son attrait.
On peut encore espérer pour le tome 6 le retournement inattendu qui validera à posteriori la série, mais la linéarité des deux derniers albums ne présage pas très bien de la suite…

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?