- le  

Semailles humaines

Michel Deutsch (Traducteur), James Blish ( Auteur), Meltin Seven (Illustrateur de couverture), Benoît Berthezene (Traducteur)
Langue d'origine : Anglais UK
Aux éditions : 
Date de parution : 31/03/2006  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Semailles humaines

James Blish (1921-1975) est considéré comme l'un des auteurs de l'Age d'Or de la Science-Fiction. Prix Hugo en 1959 pour Un cas de conscience, ce fut un auteur prolifique, qui écrivit sous plusieurs pseudonymes, dont William Atheling, Jr., Arthur Merlyn, Donald Laverty et John MacDougal; on lui doit notamment Aux hommes les étoiles (They shall have stars, 1957), L'Armada des Etoiles (…And all the stars a stage, 1971), L'œil de Saturne (Anywhen, 1965), ou La Terre est une idée (Earthman, come home, 1956).

Vers la fin des années 60, il se lanca dans une série de romans basés sur des adaptations des scénarios de la première série Star Trek, les Star Trek Readers, en commençant par les épisodes les plus populaires, pour au final couvrir quasiment tous les épisodes des trois saisons.

Semailles humaines (1957) est un ensemble de textes situés remaniés à partir de nouvelles publiées plusieurs années auparavant : Sunken Universe (1942) qui fut fusionné à Surface Tension de 1952 pour former Hydrot, A time to survive (Le Programme) et Watershed (Ligne de Partage) de 1955, et enfin The Thing in the Attic (le livre second) de 1954. Ces quatre récits sont agencés par ordre chronologique, couvrant chacun un bref épisode sur une histoire de plusieurs siècles, celle de la conquête des étoiles par l'humanité, du départ des premiers hommes modifiés à leur retour triomphal sur Terre. Quatre histoires, et quatre planètes…

Oubliez la terraformation…

Dans ce roman, James Blish défend l'idée que la terraformation est un processus lent, impraticable sur la plupart des planètes (ce en quoi il n'a pas vraiment tort). Si l'humanité veut coloniser l'univers, c'est l'homme qui devra s'adapter, ou plutôt être adapté : l'adulte est trop immuable, fixé, mais si on manipule des cellules germinales et du matériel génétique, alors les enfants qui en résulteront pourront vivre dans les milieux les plus extrêmes… Mais jusqu'à quelles limites un humain reste-t-il un humain, et à partir de quand devient-il autre chose ? Cinq récits enthousiastes

James Blish est biologiste de formation, et les années 40 et 50 sont parmi les plus excitantes du point de vue des découvertes dans le domaine de la biologie moléculaire. La découverte que les gènes codent pour des protéines remonte à 1942, l'ADN fut identifié comme le support de l'hérédité en 1944, l'expérience de Hershey-Chase date de 1952, la structure de la double hélice d'ADN a été publiée en 1953, la description par Tjio et Levan de la formule chromosomique humaine en 1956, et la manière dont les protéines sont obtenues à partir de l'ADN sera proposée un an plus tard, en 1958… Ce sont les tout débuts de la manipulation directe du support de l'hérédité, et on sent un très fort enthousiasme dans ces récits pour tout ce qui pourrait être obtenu. Blish choisit clairement son camp : il n'est pas ici question d'éthique des manipulations, ni de choix pour les individus transformés : au final, ils seront plus libres et plus heureux de leur sort que les non-modifiés. Ce qui prime, c'est l'ivresse de la conquête, la joie de la victoire, l'ingéniosité humaine qui ne connaît pas de limites, et si les Homo sapiens à l'ancienne réagissent assez mal à ces créatures étranges qui se prétendent humaines, il ne laisse planer aucun doute sur ceux qui remporteront la victoire. Un roman qui mérite la lecture, ne fût-ce qu'à titre de curiosité historique, mais qui offre également quelques heures de lecture très agréable, et qui, par son ton d'un optimisme rare, permettra peut-être au lecteur de revenir vers les temps anciens où la science semblait apporter le remède à tous les maux de l'humanité…

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?