- le  

Računalniško projektiranje objektov za distribucijo električne energije

Sarah Mlynowski ( Auteur), Robin Zingone (Illustrateur de couverture), Marianne Bertrand (Traducteur)
Langue d'origine : Anglais US
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/12/2004  -  jeunesse
voir l'oeuvre
Commenter

Sortilèges et sacs à mains

Canadienne, Sarah Mlynowiski est une jeune auteur dont Sortilèges et sacs à main est le premier roman jeunesse. Elle nous entraîne dans la vie très superficielle d'une jeune lycéenne préoccupée uniquement par son premier flirt et le fait de devenir populaire dans son lycée. Pour mener à bien ses objectifs puérils, elle n'hésite pas à faire appel aux tout nouveaux pouvoirs de sorcière de sa soeur.

Ma soeur est une sorcière !

Rachel découvre qu'elle a de nouvelles baskets à ses pieds. Mais, d'où viennent-elles? Aurait-elle eu un long moment d'absence au point d'oublier quand elle les avait achetées. Rachel téléphone alors à sa mère pour la remercier pour ses nouvelles chaussures... Celle-ci lui ordonne alors de rentrer fissa. Rachel, dépitée de louper un rendez-vous "crucial" à la pizzeria, débarque chez elle et découvre Miri, sa petite soeur et sa mère sur les nerfs. Qu'est-il arrivé pour qu'elles soient dans cet état? D'un coup, sa mère lâche la bombe: elle est une sorcière et Miri a hérité de ses dons! Patatra, Rachel en tombe sur les fesses. Et pourquoi pas elle? C'est injuste. Mais la jeune fille n'a pas dit son dernier mot. À défaut de pouvoirs magiques, elle n'a qu'à exploiter ceux de sa soeur...

Pathétique!

Premier fait, Sortilèges et sacs à main est un roman uniquement pour jeunes filles. Les garçons s'ennuieraient et trouverait le livre futile et sans intérêt. Et là, ils n'ont pas tort, car il faut l'avouer l'héroïne, Rachel, est insupportable, niaise, superficielle et ses préoccupations sont pitoyables: avoir un petit ami pour l'accompagner au bal, se débarrasser de FBM, sa futur "belle-moche" et devenir populaire dans son lycée. C'est navrant de limiter les envies des jeunes filles à la mode et aux garçons, même si, il est vrai, celles-ci prennent une part importante dans leur vie d'adolescentes. Par ailleurs, très inspiré de la culture américaine, ce roman ne semble pas adapté aux jeunes filles françaises: chez nous, pas de bal, ni besoin de soupirant pour vous accompagner à une soirée et le côté "popularité" dans le lycée est quasi-inexistant.

En plus de ces différents aspects, le côté humour et autodérision de l'héroïne est mal exploité. Sarah Mlynowiski tente d'écrire Un journal de Bridget Jones version ado, mais la mayonnaise ne prend pas. C'est même parfois limite pathétique tellement Rachel est cruche. Seul personnage intéressant de l'histoire: la petite Miri. Malheureusement, à elle seule, elle ne peut sauver l'histoire...

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?