- le  

Tara Duncan et le Livre interdit

Sophie Audouin-Mamikonian ( Auteur), Ludovic Debeurme (Illustrateur de couverture)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Anglais US
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/03/2004  -  jeunesse
voir l'oeuvre
Commenter

Tara Duncan et le Livre interdit

La princesse Sophie Audouin-Mamikonian a débuté dans l'écriture avec le premier tome des aventures de Tara Duncan (Les sortceliers) . Dans ce livre, elle avait installé un univers qui puisait allégrement à toutes les sources des littératures de l'imaginaire et brassait les autres références de l'imaginaire des enfants (dessins animés et autres)...

Des Diseurs muets, un éléphant familier et une statuette à retrouver

A peine Tara remise de ses mésaventures avec le Maître des Sangrave, voilà Caliban accusé de meurtre et emprisonné. Tara n'hésite pas une seconde: elle désobéit à sa grand-mère et avec Moineau, Manitou, Robin et Fabrice, ses autres compagnons, retourne sur AutreMonde pour aider son ami Cal. Le procès de celui-ci est perturbé car les Diseurs préposés à sonder les esprits ne parviennent à pénétrer celui de Cal et sont donc incapables de disculper ou inculper le jeune voleur. De plus, l'Impératrice est agacée par le nom de Tara, réservé à la famille impériale qu'elle croit usurpé et surtout parce que son éléphant bleu favori est devenu le familier de Fabrice. Malgré ces complications, Tara se lance à la recherche du Juge, une statuette créée par les démons pour séparer la vérité des mensonges. Pour retourner dans les Limbes, il lui faut se procurer le Livre Interdit qui se trouve sous la vigilante protection de Maître Chem. Face à un terrible danger qu'elle n'avait prévu dans ses plans, Tara va trouver un allié inattendu. Et découvrir que les comploteurs ne sont pas ceux que désignent les apparences.

Un mieux dans l'originalité

Ce second tome des aventures de Tara Duncan est plus original que le précédent. L'histoire est un peu longue à démarrer. Le rythme est notamment ralenti par les charades de Fabrice. Mais lorsque le Ravageur d'Ames entre en scène, la narration s'emballe et entraîne le lecteur dans une course-poursuite effrénée, dont l'issue est sans cesse remise en cause. Le texte véhicule des valeurs positive : l'importance de l'amitié, la nécessité de persévérer pour établir la justice et d'oublier les anciens différents pour triompher des épreuves. Cet épisode rempli de métamorphoses parfois involontaires et aux effets secondaires cocasses se termine sur une nouvelle situation de crise, annonçant ainsi un troisième volume qu'on espère autant inspiré et plus promptement mené.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?