- le  

Le fléau

Stephen King ( Auteur), davidpaire.com (Illustrateur de couverture)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Anglais US
Aux éditions : 
Date de parution : 31/05/2003  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Tomes 1 et 2

A moins d'avoir passé les vingt dernières années à l'abri du monde dans la cellule de silence d'un monastère bouddhiste, vous connaissez forcément Stephen King (et même dans ces conditions, je me demande si vous ne faites pas preuve d'un peu de mauvaise volonté). Généralement définit comme le Maître du fantastique moderne, il l'est sans aucun doute si on ne tient compte que du nombre de livres vendus à travers le monde. Juste pour exemple, son premier roman, Carrie, s'est pour l'instant vendu à plus de 2 500 000 exemplaires. Stephen King fait également partie du cercle très restreint des écrivains connus du public non lecteur puisque la plupart de ses œuvres ont été adaptées au cinéma ou à la télévision et ont généralement été de gros succès commerciaux. A tel point que dans la préface de celui-ci, qui n'a pour l'instant fait l'objet d'aucune attaque en règles des équipes de scripts d'une quelconque major, King nous donne carrément le nom des acteurs qu'il verrait bien dans la peau de ses personnages…

Histoire d'une version longue…

Le Fléau a été publié pour la première fois aux Etats-Unis en 1978. A cette sombre époque dominée par l'argent (c'est loin je sais), les comptables de la maison d'édition avait décidé que pour être rentable, cette œuvre ne devait pas excéder un certain nombre de pages. Le cœur meurtri, King s'était donc résolu à faire des coupes franches dans son récit. Ces coups de serpes sauvages ont réduit de 400 pages environ son manuscrit original.

En 1990, succès aidant, ces mêmes comptables se sont dit que, même avec 400 pages de plus, un récit signé King risquait fortement d'être source de profits. L'auteur a donc eu la possibilité de publier Le Fléau tel qu'il était avant le passage de la fée rentabilité. Voici pourquoi, pour votre plus grand bonheur, vous avez aujourd'hui la possibilité de vous plonger dans cette petite histoire de 1 550 pages… Et dire que l'idée de base tenait dans une courte nouvelle : Une Sale Grippe (in Danse Macabre)…

Plutôt mauvaise la grippe cette année…

L'histoire du Fléau est des plus simples. Le gardien de nuit d'un laboratoire secret réveille sa femme en catastrophe. Quelque chose d'anormal s'est produit au laboratoire et les systèmes d'urgence ne se sont pas déclenchés. Il est normalement interdit de sortir de l'enceinte dans de pareils cas. Il faut donc qu'ils quittent immédiatement la ville avant que les agents de la sécurité ne les rattrapent. Cette gentille famille modèle va tout bonnement diffuser autour d'elle un virus de la grippe modifié par les militaires et contagieux à 99%. Toute l'histoire va donc tourner autour de ces 1% de personnes non " contaminables " qui vont voir, en un mois, disparaître la totalité des autres habitants de ce monde.

C'est du King, avec ses grandes qualités et ses petits défauts…

Ne le cachons pas, même de la main de King, 1 550 pages, c'est quand même un peu long… Mais paradoxalement, si on y réfléchi, ce n'est pas gênant. Aucune des scènes de cette nouvelle version ne mérite le dur destin de la corbeille à papier. C'est donc long (dites le vous tout de suite, si vous attaquez, vous vivrez dans cet univers pendant un bon moment) mais bon…

Les qualités sont celles qu'on retrouve généralement chez l'auteur, c'est prenant, effrayant à certains moments, calmes à d'autres mais jamais ennuyeux… Certes on peut faire la fine bouche en remarquant que la fin du monde se réduit en fait à la fin des Etats-Unis d'Amérique (un détail…) et que trois des premiers réflexes des survivants rassemblés en communauté sont : 1) de chanter l'hymne national, 2) de rétablir l'électricité, 3) de voir si on ne pourrait pas remettre en marche les studios de télévision… Mais ce serait vraiment pinailler, voir même faire preuve de mauvaise foi.

Ce récit est loin d'être caricatural et même s'il met en exergue quelques côtés agaçants de notre société de consommation (version US quand même, mais nous ne sommes pas si loin) il aurait été beaucoup moins vraisemblable s'ils n'y étaient pas… En bref, lisez le, mais aménagez des temps de lecture relativement conséquents…

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?