- le  
Trois questions à Claude Ecken
Commenter

Trois questions à Claude Ecken

L'anthologie Nos Futurs vient de sortir le 10 juillet ! Elle a l'ambition d'expliquer et d'explorer les possibles du changement climatique sous le double regard de la science et de la fiction... Vous trouverez toutes les infos ici.

Pour fêter sa parution, on donne la parole à ses acteurs et actrices ! Aujourd'hui l'autrice Catherine Dufour ! Trois réponses percutantes...

Actusf : A partir de quelle idée as-tu développé ton texte ? Qu'est-ce qui t'as le plus marqué, ou qui a été le déclencheur ?

Claude Ecken : Pas une idée, plusieurs idées qui s'accrochent autour d'un thème. Je n'ai pas mémoire d'un élément déclencheur. Dans ce genre de recherche, on n développe pas une idée qu'on explore, on part du thème imposé et on cherche comment l'exploiter au mieux. Avec François Moutou, nous avons discuté, ce qui a circonscrit le sujet. Je pouvais en tirer une idée si je jugeais que je ne trouvais pas mieux. Mais je cherche toujours à être sûr qu'il n'y a pas d'autre solution. J'ai donc pris des notes en lisant énormément de doc. Je savais que je ne voulais pas d'un grand groupe qui, avec sa force de frappe informatique et scientifique, sortirait une solution miracle. je ne voulais pas de scénario catastrophe : c'est trop facile de montrer que tout est foutu. La science devrait nous aider à trouver des solutions. En m^me temps, il y a une foule de thèmes annexes : la santé des plantes a un impact sur la santé humaine : il faut pouvoir se nourrir. Idem pour l'élevage. Les épidémies dues à des germes est une menace plus directe. Difficile de choisir un seul sujet, difficile de les traiter tous ensemble. Mais on peut en garder un et évoquer les autres par des remarques annexes. Je savais que je voulais parler de permaculture et de l'adaptation naturelle du vivant au changement, pour avoir déjà abordé le sujet récemment, dans un texte que tu as publié, si tu te souviens. J'avais noté une idée centrale : Le problème est la Dépendance à la ressource : la santé des plantes est ma santé Imaginer une prière ou une chanson basée là-dessus. Ma documentation parlait de rouille du blé, de maladies végétales diverses, dans divers coins du globe. Une autre contrainte que je me suis fixée était de ne pas me limiter à un récit ethnocentré, mais d'aborder la question à l'échelle mondiale. J'ai noté des infos sur de nombreux autres endroits à travers le monde, que je n'ai finalement pas utilisés. Pour les zoonoses et les épidémies, il fallait s'appuyer sur les protagonistes. J'avais trouvé mon personnage un rien atypique. Puis est venue l'idée de la musique classique. Une rapide recherche m'a permis de rassembler les symphonies qui ont trait à la nature - que j'ai réécoutées pour juger de l'endroit où je pouvais les disposer, en fonction du propos. Après, ce n'est plus qu'une question de patient assemblage ces pièces du puzzle. En se concentrant sur les personnages, cette fois.

Actusf : Pourquoi tu participes à un tel projet ?

Claude Ecken : La maison brûle et tu voudrais que je continue à écrire des histoires qui se déroulent dans un futur qu'on ne sera bientôt même plus en capacité de rêver ?

Actusf : Est-ce que tu avais déjà échangé avec un expert comme ceci ?

Claude Ecken : Oui. Roland Lehoucq et moi avons conçu pour la Cité de l'espace à Toulouse un scénario tentant de montrer les éléments de science nécessaires pour réaliser un vaisseau génération à destination d'un autre monde. Cela a nécessité de longs échanges par mails, que j'ai regroupés, pour en faire un article (publié en deux parties dans Bifrost), puis un roman, Mission Caladan, aux éditions du Pommier. Pour creuser au mieux un récit, il m'arrive d'échanger avec des scientifiques, de façon plus limitée, afin de ne pas raconter trop de bêtises et je remercie les scientifiques de se prêter au jeu. Avec François Moutou, nous avons pu nous apprécier mutuellement. Nous avons échangé de façon passionnante et je compte bien avoir l'occasion de nous retrouver. Ce qui est d'ailleurs déjà prévu lors de prochaines animations. Dans l'intervalle, je lis ses livres. Je vous recommande d'ailleurs, puisqu'il sera probablement trop modeste pour le faire lui-même, Des épidémies, des animaux et des hommes, aux éditions du Pommier, qui, sur se sujet très actuel, fait le tour de la question.

à lire aussi

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?