Forum : Un avis sur La Parallèle Vertov de Frédéric Delmeulle

Commenter


Ca y est, c'est lu.
Et il n'y aura pas fallu beaucoup de temps, juste un aller-retour Paris-Toulouse.
La Parallèle Vertov n'est clairement pas un chef-d'oeuvre. Ce roman souffre à mon avis d'un défaut de construction, avec des personnages (les journalistes) qui disparaissent subitement à environ un quart du livre, pour laisser définitivement la place à ceux qui finalement seront les vrais héros. Cela donne donc un plan très déséquilibré, alors que les journalistes en question aurait pu voir leur histoire mêlée au fil du roman.
Frédéric Delmeulle n'est pas un styliste: c'est simple et efficace, bien fait, et c'est tout, mais ça contribue évidemment à bien faire passer les idées, et là, il y en a.
D'abord, comme cela a déjà été dit, on a bien un hommage à la littérature populaire de la fin du XIXe siècle et du premier quart du XXe. On pense à Conan Doyle, à Leroux, et à tout un tas d'autres chez qui il y a un savant aux idées un brin saugrenues et son neveux qui le suit dans ses aventures improbables.
Ensuite il a cette glissade d'idées sur la notion de temps dans laquelle l'auteur lance son lecteur. On a le droit d'abord à la sempiternelle crainte de l'erreur temporelle, laquelle ferait dévier l'avenir, bref le paradoxe classique sur la modification du passé entrainant la disparition du futur d'où viennent les deux explorateurs.
Puis on enchaîne sur l'idée que peut-être ce ne sont pas les grands hommes qui font l'histoire, et que finalement il n'y a pas grand chose à craindre si nos deux pieds nickelés font une gaffe: hop, vision marxiste de l'histoire? Non. Autre chose encore. A découvrir sur la fin.
Et puis il y a Marlene Dietrich: une belle idée, là aussi.

Bref, malgré donc quelques défauts formels, voilà une lecture bien intéressante.

A+

Patrice
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?