Forum : Un avis sur Narcogenèse d'Anne Fakhouri

Commenter

 
silramil a écrit:
Je ne crois pas qu'il y ait encore d'entrée pour ce roman. Désolé si je fais doublon. 
Je n'aime pas trop faire une présentation ordonnée des romans, alors je vais livrer quelques impressions. Qu'on sache simplement qu'il est question de sorcellerie (dans un sens assez peu haripotérien), de rêves meurtriers et de malédiction familiale. En gros. 

S'il fallait classer ce roman dans une catégorie, je le rangerais dans celle du fantastique naturalisé - mais il n'est pas question de proposer un classement, je me ferais taper sur les doigts. En tout cas, les éléments surnaturels y sont organisés d'une manière logique et cohérente qui pourrait ravir l'amateur de science-fiction onirique, a fortiori celui de la fantasy urbaine (enfin, de la fantasy urbaine à la campagne, puisque cela se passe assez loin d'une métropole). 

Je crois qu'il y a un certain nombre de paris en jeu dans ce roman. 
Un pari thématique, d'abord : réemployer un objet usé jusqu'à la corde, la sorcière (ici, la famille de sorcières), en le combinant à celui, également fort ancien, de la lutte entre rêve/cauchemar et réalité, pour en tirer des accords originaux. 
Un pari narratif, ensuite : multiplier les points de vue, au risque de perdre un peu le lecteur, dans le but de donner plus d'ampleur et de vie à ce qui est le vrai personnage du roman, la lignée entière de ces sorcières, et non telle ou telle figure - il n'y a pas de réel personnage principal, mais plutôt un faisceau de personnages se nouant de plus en plus solidement les uns aux autres, jusqu'à ce que toutes leurs relations soient révélées et que le drame s'accomplisse. 
Un pari axiologique, enfin : transmettre à travers une fiction une certaine vision de la vie et de la famille, faire ressentir au lecteur ce que signifie donner la vie et prolonger la sienne à travers ses enfants ; ce que signifie aussi les perdre ou risquer de les perdre ; et ce qu'implique d'erreurs et de remords la volonté de découper dans les branches de l'arbre généalogique un jardin réservé, excluant tout surgeon imprévu. 

Je m'arrête à trois, pour des raisons évidentes (ou pas). 

Ces paris, et bien d'autres, sont parfaitement réussis. L'intrigue avance avec sûreté et légèreté, le passage d'un personnage à l'autre se fait sans fausse note, comme si une partition très précise se jouait, et les impressions de déjà-vu deviennent de simples effets de reconnaissance : aucun thème déjà connu n'est tout à fait ce qu'il paraît, et j'ai suivi avec plaisir l'évolution que l'auteur a souhaitée pour ces sorcières des temps modernes.

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?