Forum : Un avis sur Outermost: The Life + Art of Jack Gaughan

Commenter

Début août est sorti aux USA un livre sur l'illustrateur Jack Gaughan. L'auteur en est Luis Ortiz, qui a déjà écrit un ouvrage sur Lee Brown Coye et un autre sur le couple Emshwiller -- chaudement recommandés tous les deux.
Plus de détails quand j'aurai reçu et lu la chose.
Site de l'éditeur : www.nonstop-press.com
JDB

Reçu et dévoré ce dimanche matin (vu la pluie, pas question d'aller se balader).
Excellent travail. Beaucoup d'informations sur la vie et l'oeuvre de Gaughan. Ortiz a bénéficié de la pleine et entière collaboration de Phoebe Gaughan, qui a d'ailleurs rédigé la préface.
Durant toute sa carrière, Gaughan a souffert de la contradiction entre son impulsion artistique et les exigences commerciales des éditeurs -- et des lecteurs. Commentaire cruel à ce propos : "Sur le plan artistique, les fans ne veulent rien voir qui soit postérieur aux années 20."
Mais il s'en est accommodé, tant et si bien que nombre de ses dessins ressemblent à un compromis entre la demande du client et le style d'un autre artiste dont le travail a été rejeté par ledit client (Richard Powers, Leo & Diane Dillon, Schoenherr).
Parmi les à-côtés de la narration, le récit savoureux de la première édition poche du Seigneur des anneaux -- une édition pirate due à un vide juridique dans la législation américaine du copyright, et un portrait émouvant de Hannes Bok, qui fut le mentor de Gaughan lors de ses débuts (où l'on apprend en passant que Bok faisait partie d'un cercle plus ou moins clandestin de fans de SF gays dans le Los Angeles des années 40 -- du travail pour les historiens du placard).
Beaucoup, beaucoup de reproductions : couvertures, illustrations intérieures, croquis, etc. Avec certains des travaux les plus fameux de l'auteur, notamment quelques-unes de ses illustrations pour "Les Maîtres des dragons" de Jack Vance, dont les vieux lecteurs de Galaxie conservent un souvenir ému. Manque à l'appel : le travail d'illustration mais aussi de mise en page très pop que Gaughan avant réalisé pour "La Région intermédiaire" de Harlan Ellison.
Deux petites réserves : le format du livre (un carré de 24 cm x 24), qui fait que pas mal des illustrations sont un peu trop réduites à mon goût ; le décalage constant entre le texte et les illustrations : avec raison, Ortiz a insisté sur la meilleure période de Gaughan, à savoir les années 60, mais comme les illustrations sont distribuées régulièrement dans le texte, celui-ci les commente souvent avec plusieurs pages de retard.
Mais je pinaille.
Recommandé à tous les amateurs d'illustrations de SF. On espère que Luis Ortiz nous offrira d'autres bios comme celle-ci.
JDB
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?