Les chiffres de la lecture et de l'édition

Commenter

A l'occasion du salon du livre, les sondages et les infos sur la lecture et le secteur du livre se multiplient. En voici quelques uns :
Deux Français sur trois lisent moins de cinq livres par an. (Les infos ici)

Près de deux Français sur trois (64%) lisent
moins de cinq livres par an et 30% n'en lisent aucun. (...) Seules 9% des personnes interrogées lisent autour d'un livre par mois. (...) Les deux-tiers des Français (65%) choisissent un livre pour son sujet, l'autre tiers pour son auteur. Les conseils d'amis ou de proches sont déterminants dans le choix de 31% d'entre eux et seulement 6% choisissent en fonction des conseils des libraires ou des vendeurs.

Tous les conseils pour éditer son premier livre sont dans Lire. Extrait :
"S'intéresser à la production
«Je reçois trop de manuscrits de gens qui ignorent complètement ce que je publie», regrette Paul Otchakovsky-Laurens. Or, pour l'auteur en herbe, cet envoi à l'aveugle est du temps et de l'énergie perdus. «Il y a trop d'erreurs d'aiguillage, enchaîne Sabine Wespieser, nous ne sommes pas un service public, ni un atelier d'écriture.» «Avant d'envoyer un texte, poursuit Laure Leroy chez Zulma, le mieux est d'aller faire un tour en librairie, de regarder ce que chacun d'entre nous publie pour savoir à qui s'adresser.» «Nos catalogues sont des repères, il faut les suivre en priorité», poursuit Joëlle Losfeld. Alix Penent, de L'Olivier, regrette que la moitié des envois arrivent par hasard, selon les adresses des Pages jaunes.

Mieux vaut se montrer plus vigilant. Inutile d'adresser des récits régionaux, de la poésie, des livres de cuisine, d'histoire ou de la science-fiction si l'éditeur ne publie que des romans français contemporains. En revanche, l'envoi du manuscrit en même temps à plusieurs maisons est monnaie courante et gain de temps."

Le toucher facilite l'apprentissage de la lecture
"Le toucher permet de mieux connecter la vision et l'audition et donc facilite l'apprentissage de la lecture, selon des chercheurs du centre national français de la recherche scientifique (CNRS).
(...)
Pour lire des mots nouveaux, nous devons apprendre à associer un stimulus visuel (comme une lettre) au stimulus auditif correspondant (le son), selon les chercheurs.

Lorsque un chiffre ou une lettre sont explorés à la fois par la vision et le toucher, les adultes apprennent plus efficacement, d'après des tests effectués au cours d'une expérience sur 30 adultes, notamment avec des signes inspirés des lettres japonaises ainsi que des sons nouveaux pour les participants."

Le livre numérique tient le haut du pavé au Salon 2009
"Cette année, un objet déchaîne les passions de la foule : le livre numérique. Normal, pour Phillipe Citroën, directeur général de Sony France, qui estime que « le produit est enfin abouti technologiquement, grâce à une capacité de stockage équivalente à 160 livres et à une bonne autonomie ». Le prix actuel de son Reader est lui aussi, bien abouti : 300 euros. « Pour le moment, le seul point négatif du livre numérique est le petit catalogue d'oeuvres disponibles. Environ 4 000. » "


Pas de crise du pouvoir d'achat au salon (Livre Hebdo)
"A l'issue du week-end, les éditeurs présents au Salon du livre se réjouissent de leurs chiffres de ventes.
(...)Jean-Yves Bry, directeur commercial d'Albin Michel, n'a pas encore tous les résultats mais il estime qu'"à samedi soir, les chiffres étaient meilleurs que l'an passé". Même son de cloche sur le stand Gallimard où l'on revendique un record de ventes depuis cinq ans.

Chez Actes Sud, dès le samedi soir, le chiffre d'affaires avait doublé par rapport à l'an passé au même moment. Stock constate des ventes légèrement supérieures, et les éditions La Découverte, qui n'avaient pourtant pas de signatures, enregistraient samedi une hausse de leur chiffre d'affaires de plus de 30%, comme Grasset. Chez Plon, où Cali signait, le chiffre d'affaires a doublé par rapport à l'an passé. Les éditeurs du secteur jeunesse sont satisfaits de leurs résultats, attirant sans doute sur leurs stands un public populaire qui ne fréquente pas traditionnellement les librairies. Très attendu par les enfants, le troisième volume d'Eragon, Brisingr (Bayard), s'était déjà écoulé dimanche midi à 800 exemplaires."

Le Parisien publie un dossier dans son supplément "économique"
8 milliards d'euros : le CA du marché des biens culturels et de loisirs (livres, DVD, CD).
51% : la part du livre dans le marché des biens culturels et de loisirs
11 euros : le prix moyen d'un livre (20 euros le grand format, 7.5 euros le poche)
19 % : la part des français intéressés par l'achat d'un livre numérique
6% : la part des livres achetés aujourd'hui sur internet (+ 30% en un an).
48% : la part des livres qui sont achetés en librairie
7% : le taux de croissance du marché du livre en février.

Il y a aussi toute la chaîne du livre.
Pour un livre à 21 euros.
L'auteur touche entre 1.5 et 2.2 euros
l'éditeur entre 2.8 et 4 euros
l'imprimeur entre 2.6 et 4 euros
le distributeur entre 2 et 2.2 euros
le diffuseur entre 1 et 1.3 euros
le libraire entre 6.5 et 7.2 euros.
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?