Les sorties Mnémos de mars (avec les couvs)

Commenter

D'Or et d'émeraude - Eric Holstein

Enfant adopté, Simon ne s'est jamais senti concerné par la Colombie, son pays natal. Pourtant, à vingt-cinq ans, il éprouve le besoin de se confronter à cette part à la fois intime et inconnue de son identité. Loin des sentiers touristiques, il découvre à Bogotá une société aux mille visages, héritière d'une violence dont l'origine, dit-on, remonte aux premiers Conquistadores. Renouant avec ses racines indiennes, Simon participe à une cérémonie religieuse qui le projette dans les spirales du temps, en 1537.

Au moment où, sur les traces de Cortés et Pizarro, les troupes de Quesada posent le pied sur l'Altiplano, la terre des Indiens muiscas. Une époque sombre et brutale où il est encore possible de changer le cours de l'Histoire, et peut-être la face du monde...

Éric Holstein, né en 1969, est l'un des co-fondateur du site ActuSF. D'or et d'émeraude, son second roman, est tout à la fois un récit de voyage kaléidoscopique, un témoignage personnel et une exploration des infinies ramifications de l'Histoire. Une uchronie qui remonte le cours de la malédiction d’un continent tout de contrastes et de paradoxes, où la réalité n’est jamais très loin de la magie et du fantastique.
Illustration de Jean-Sébastien Rossbach


Le Dernier magicien - Megan Lindholm
À Seattle, les autres vagabonds l'appellent le Magicien. Lui, il voudrait juste qu'on le laisse tranquille. Quand il est revenu du Vietnam, il a cru qu'il avait laissé derrière lui ses vieux démons. Il ne voulait plus jamais sentir le souffle empoisonné de la guerre.

Mais quelque chose de maléfique s'insinue dans les rues de la cité, une magie noire qui menace la ville tout entière. Seul le Magicien possède un pouvoir suffisant pour l'arrêter. Alors bientôt, il devra choisir : rester et se battre, au risque de tout perdre, ou s'enfuir. Être un Magicien, le dernier, ou simplement un homme.
Réédition. Initialement paru en 2003 chez Mnemos.
Illustration d'Eduardo Pena


Avant le déluge -Raphael Albert
Comme dans Rue Farfadet, Raphaël Albert nous projette dans Panam, un Paris du 19ème siècle décalé : la Révolution française n’a pas eu lieu mais elle couve, les manifestations d’ouvriers sont nombreuses, la ville est la capitale d’un Royaume multiracial où les humains dominent des nains vaincus et des elfes réfugiés au sein de forêts impénétrables. Les centaures-taxis côtoient coches et motos à vapeur. La magie très codifiée par des mages académiciens sert à la vie de tous les jours.

Dans ce deuxième roman, Raphaël Albert reprend ses personnages là où il les a laissés. Les voilà célèbres, installés et les poches remplies. Pourtant, ils vont devoir affronter des entreprises encore plus dangereuses et malfaisantes. Tout en approfondissant son univers, l’auteur tisse une intrigue encore plus palpitante et entraînante. Nous en apprenons plus sur le destin passé de Sylvo Sylvain, les raisons de son exil ou de son amitié avec Pixel.

illustration d'Aurélien Police



Etranger - CJ Cherryh

Etranger est le premier tome d’une série de 13 volumes actuellement publiés (un quatorzième est en cours de publication aux Etats Unis), divisés en arc de trois volumes chacun. Si les deux premiers volumes ont été déjà publié chez J’ai Lu, Mnémos offre une traduction révisée accompagnée de nouveaux titres et de nouvelles couvertures, et publiera pour la première fois dans la foulée la traduction du volume final du premier arc. Dans ce premier volume, Bren Cameron, seul traducteur humain autorisé à résider auprès des atevi depuis la Guerre de l’Arrivée, affronte une crise politique sans précédent. Il échappe de peu à un attentat, et l’aiji, le Seigneur le plus puissant du continent ateva, le jette dans les bras de ses adversaires pour maintenir son emprise sur le pouvoir. Des adversaires qui sont prêts à déclencher une guerre entre les atevi et les humains cantonnés à l’île de Mospheira, que Bren tente à tout prix d’éviter…

Nouvelle traduction
illustration de Sylvain Vialla


Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?