Une interview de Claire Couturier sur Mnémos

Commenter

Claire Couturier est chargée de la communication des éditions Mnémos. Elle est en interview sur Elbakin.

Extrait :

"En plus de ce renouveau au niveau du personnel, Mnémos inaugure deux nouvelles collections : Dédales et Ourobores. Quelles sont leurs particularités et pourquoi ces deux collections ? Et finalement, n’est-ce pas se diversifier un peu trop alors que jusqu’à présent Mnémos était sur une collection unique ?
Claire Couturier : Ce n’est pas se diversifier tant que ça.
Il vaut mieux que j’aborde dans un premier temps nos deux collections de romans que sont Icares et Dédales et je parlerai ensuite d’Ourobores. Icares et Dédales obéissent à l’esprit de Mnémos depuis un certain temps. À Mnémos, il y a toujours eu la volonté de s’axer sur les Français, et de publier des textes à la fois divertissants, originaux et de qualité. Nous avions remarqué que notre unique collection, Icares, regroupait des ouvrages qui n’étaient pas tous homogènes et qui avaient plusieurs publics. C’est donc par rapport aux lecteurs que l’on a créé ces deux collections.

Icares est donc plutôt une collection d’aventures, mettant en avant le plaisir de lecture. Lire de bons récits, de manière fluide, sans trop réfléchir… On en a profité pour sortir dans la nouvelle maquette des titres épuisés comme la série de l’Agent des ombres de Michel Robert ou Renégats de Gemmell. À côté de ça, on a sorti des inédits comme Homo vampiris de Fabien Clavel ou Chien du heaume de Justine Niogret. Avec Icares, on veut publier des textes d’auteurs qui manient remarquablement les mots, mais qui ont privilégié, dans ces livres-là, l’aventure et le divertissement.

Dédales touche un public plus âgé, plus averti. Typiquement, nous visons des gens avec un parcours de lecture traditionnel, qui ont dévoré les grands noms et qui veulent maintenant découvrir autre chose. Nous comptons présenter des auteurs avec des plumes un peu plus compliquées, ou bien des mélanges de genres (ce qui a toujours plu à Mnémos, si on regarde les nombreuses uchronies qui « mixent » les genres dans notre catalogue).
Depuis la création de la collection, on trouve ainsi du fantastique comme Les Petits arrangement avec l’éternité d’Eric Holstein, qui revisite le mythe du vampire avec une approche - et une langue ! - assez surprenantes ou encore notre premier Dédales, Rien ne nous survivra, celui de Maïa Mazaurette qui est un roman d’anticipation, un peu choquant, un peu provoc’, qui va pousser un peu la réflexion des lecteurs avec sa guerre entre les jeunes et les vieux, sa violence un peu gratuite. On va donc aborder des sujets qui sont plus durs, qui vont interroger plus le lecteur tout en gardant évidemment ce côté plaisir de lecture."
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?