Une interview de Lucius Shepard

Commenter

Le numéro 51 de Bifrost publie une interview de Lucius Shepard. C'est en fait la transcription d'un entretien réalisé pour l'émission de radio Salle 101. Elle est écoutable ici.

Pendant l'entretien, l'auteur évoque la naissance de Viator, un roman inédit chez nous. L'anecdote est rigolote. Comme quoi la création littéraire tient parfois à peu de chose.
"
Bifrost : On retrouve cette idée dans Viator, un livre encore plus récent; Ca se passe en Alaska, il y a une jungle, un bateau échoué, des gens qui vivent dessus pour le compte de quelqu'un qu'on ne voit jamais... Ils découpent peu à peu le navire et ils deviennent fous les uns après les autres. Là, c'est très clair, le décor a une influence. Et vous avez réécrit la fin, c'est vrai ?
Lucius Shepard : Viator, à l'origine, c'était une blague. Je participais à une table ronde pendant une convention, aux Etats-Unis. Et je n'aimais pas beaucoup la fille qui l'animait. Jeff Vandermeer et moi, on a décidé d'inventer un faux auteur, avec un nom imprononçable, un type dont on tenait absolument à parler... Alors on a inventé les livres qu'il avait écrits, et l'un d'entre eux, c'était Viator... Je me suis dit : pas mal, comme idée... Et j'ai fini par écrire le livre. Ok, c'était une blague, mais au final, j'y ai développé ma capacité à faire des phrases très longues. Je me suis dit que c'était l'occasion ou jamais de lâcher la bride à cette tendance. Faire des phrases qui s'étireraient sur plusieurs pages, vous voyez le genre... "


Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?