Une interview de Richard D Nolane et Elizabeth Campos

Commenter

A l'occasion de la réédition de leur oeuvre commune, Vampires !, Richard D Nolane et Elizabeth Campos se livrent sur leurs parcours, leurs inspirations, leurs objectifs et leurs projets personnels sur le blog Vampirisme.com

Citation:
Vampires ! est issu d’un livre intitulé La Chair et le sang, initialement paru en 1994. Quel a été la genèse de cet ouvrage et comment en êtes-vous arrivé à le rééditer ?

RDN : J’avais écrit trois essais pour la collection poche « Dossiers Vaugirard » consacrée aux mystères, un sur les ovnis et deux de cryptozoologie, collection dirigée par Bianca von Heiroth et Véronique Kerbrat avec qui je traitais aussi mes Blade et la collection L’aventurier des Étoiles écrite par E. C. Tubb. Je ne sais plus qui a eu l’idée du livre d’Élisabeth ou de moi mais une chose est sûre c’est qu’elle a été acceptée sur le champ ! Ensuite nous l’avons réédité juste un poil remis à jour sous une belle couverture de Jean-Claude Claeys, et en grand format, chez CGR Éditions en 1997. Et puis, début 2010, un hasard de conversation par mail entre Élisabeth et André-François Ruaud qui cherchait un volume « généraliste » sur les vampires pour accompagner celui sur la Bit-Lit de Sophie Dabat (auquel collaborait Élisabeth) a mené à sa résurrection sous un autre titre, dans une version entièrement remise à jour, en partie complètement réécrite, rallongée d’un bon peu et abondamment illustrée. Bref si son propos n’a pas changé c’est un autre livre…

EC : Richard a bien expliqué et résumé le parcours de notre livre actuel, de la première version chez Vaugirard à la version actuelle, je n’y reviendrais donc pas. Pour celle-ci, c’est en effet un concours de circonstances et une discussion avec André-François Ruaud qui a conduit à la rédaction de Vampires ! La version chez CGR Éditions datait de 1997 et il y avait eu beaucoup d’actualité concernant les vampires, aussi bien au cinéma qu’en littérature avec notamment la bit-lit. C’était donc un plaisir de revenir à nouveau sur le sujet et une bonne idée de réécrire notre livre, de l’étoffer considérablement et de voir tout ce que le mythe vampirique avait suscité dans ces différents média depuis 1997. Et il y en eut beaucoup, tellement qu’il était difficile de tout traiter (Vampires ! n’est pas un dictionnaire ou une encyclopédie) et choisir de traiter un sujet, un film ou un livre, plutôt qu’un autre, n’a pas toujours été facile.

Comment vous êtes-vous divisé les tâche pour arriver à un résultat aussi large sur le thème du vampire ? Quels ont été vos sources principales à l’époque et ont-elles évolués lors de la réédition ?

RDN : En écrivant la première version chez Vaugirard, le but était de faire une sorte de guide du vampirisme dans tous ses états, y compris dans le domaine de la criminologie (Élisabeth a une formation universitaire de criminologie). Un livre facile d’accès et au prix poche. On y évoquait aussi un sujet peu abordé alors, celui des gens qui se prennent au quotidien pour des vampires. Quant aux sources, elles débordaient donc un peu de celles utilisées par la littérature de l’époque sur les vampires. Dans la réédition, outre une remise à jour à 2010 de tous les chapitres, le vrai changement est l’agrandissement considérable doublé d’une approche totalement différente de la partie consacrée aux vampires de la fiction qui tient maintenant un tiers du livre. Le guide est resté un guide mais maintenant dans une version bel objet de bibliothèque…

EC : Là aussi, je n’ai pas grand chose de plus à ajouter à ce que vient de dire Richard. On a travaillé en complémentarité, mais aussi de concert sur certaines parties. Du fait de ma formation universitaire, je me suis plus particulièrement penchée sur les tueurs en séries et sur le vampirisme criminel, qui est le plus souvent ignoré dans ce genre de livres. Mais Richard a aussi apporté sa pierre à l’édifice. Par goût, j’ai également travaillé sur la partie cinéma et séries TV, comics. J’aime aussi beaucoup la littérature naturellement, comme vous pouvez vous en douter. Nous avons travaillé de concert, tout en nous répartissant certains chapitres, de la partie sur les vampires de fiction (cinéma, littérature, BD, TV, jeux, etc.). Cette partie a beaucoup été augmentée par rapport à la première version, et reflète aussi le grand intérêt porté aux vampires ces dernières années dans ces différents médium.

Priscilla Duran-Mulas
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?