Un autre reportage sur les Utopiales

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Estelle Hamelin, Jean, sebastieng, Mathilde Marron

Répondre
jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Un autre reportage sur les Utopiales

Message par jerome » mer. nov. 08, 2006 6:12 pm

Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Avatar du membre
jlavadou
Messages : 2284
Enregistré le : ven. févr. 10, 2006 9:40 am
Localisation : La Garenne Colombes
Contact :

Message par jlavadou » mer. nov. 08, 2006 9:30 pm

Très bon reportage ! Pas grand chose à ajouter, à part sur les films. Je n'ai pas pris de photos, mais voici ce que j'ai vu :

Films en compétition :

Shinobi, film japonais de Ten Shimoyama : dans le Japon du 17ème, le Shogun monte l'un contre l'autre deux villages dont les habitants pratiquent des arts martiaux leur conférant des pouvoir fantastiques. Deux ennemis, un homme et une femme, tombent amoureux et doivent lutter l'un contre l'autre.
Mon avis : Roméo et Juliette au pays du Soleil Levant. Très belles images, mais histoire franchement nunuche. Seule la toute fin offre un peu de surprise et de nouveauté.

A chinese tall story, film chinois Jeffrey Lau : en ouverture l'absurde soirée, un gros délire inracontable, inspiré parait-il d'une légende chinoise, Les aventures du Roi Singe. Par l'un des producteurs de Crazy Kung Fu...
Mon avis : si on le prend direct au 36ème degré, ça passe tout seul ! C'est du grand n'importe quoi mais on rigole beaucoup et c'est loin d'êtr un nanar : pas mal de trouvailles visuelles et quelques bons trucs quand même.

Re-cycle, film thaïlandais de Danny et Oxide Pang : une auteure s'attaque à son nouveau roman dans lequel elle parle de phénomènes surnaturels. Bientôt, une présence lui tourne autour et elle se retrouve projetée dans un monde parallèle où des créatures aux allures de morts-vivants la poursuivent.
Mon avis : euh... l'idée de base est plutôt originale et bien trouvée, mais les frères Pang on voulu tourner ça sous l'angle de l'horreur, on se retrouve donc avec une resucée du genre ennuyeuse et mal faite.


Festival de courts-métrages :

D'excellents courts au programme, à commencer, en avant-première, par Léthé, d'Antonin Martin-Hilbert, avec Linda Hardy et Gilles Lelouche. Dans un futur proche, la maladie d'Alzheimer, causée par un virus, s'est répandue. Les personnes atteintes doivent porter des implants mémoriels pour y remédier, mais un traffic de mémoires volées s'est installé. Une police spéciale est chargée d'arrêter les fraudeurs.
Mon avis : un bon court, avec une ambiance sombre et étouffante très bien rendue. L'intrigue est assez prévisible mais ça vaut le coup d'oeil. Petit bémol sur la prise de son, je ne sais pas si c'était le film ou la salle...

Pour les autres j'ai pas les noms des réalisateurs sous la main, il faudra aller voir le site du concours du prix Méliès. Mais les plus marquants sont :

Judas : court français clairement influencé par Jeunet. Une excellente idée, dans un Paris où les autorités encouragent la délation de ceux qui fuient le pays pour échapper à la guerre. Avec un twist final inattendu et excellent. Un vrai bijou !

Dynamo et Delivery : films d'animation en images de synthèse, plutôt conceptuels mais très bien faits et bien trouvés.

Sniffer : très bonne idée aussi, où les hommes doivent porter des bottes en plomb pour éviter de s'envoler. Ambiance très glauque mais final excellemment poétique.

Ich rette das Multiversum : court allemand avec une idée un peu juvénile (tous les univers parallèles sont menacés par l'effondrement de ceux-ci, et un jeune homme et ses multiples doubles vont tenter de le sauver) mais c'est léger, ça invite au rêve et les images de ciel saupoudré de galaxies sont superbes.


Retrospective Invaders from Marx :

Zero city, film russe de Karen Shakhnazarov de 1988 : un ingénieur arrive dans une ville pour rencontrer le directeur d'une entreprise de climatiseurs. Mais tout tourne à l'absurde et il ne parvient pas à quitter la ville.
Mon avis : ça commence plutôt bien mais ça devient vite très chiant et imbittable. C'est bourré de symboles sur la dictature soviétique et le désir d'en sortir mais ça s'arrête là.

Voyage to the prehistoric planet, film américain de Peter Bogdanovitch et Curtis Harrington de 1965 : un équipage part pour Venus et découvre un monde peuplé de créatures préhistoriques.
Mon avis : oui je sais, je l'ai cherché, surtout pour un dimanche matin... D'ailleurs j'ai vite quitté la salle. Aucun intérêt à part pour les amateurs de nanar. On se rend compte que, plus de dix ans avant, Planète interdite avait quand même mis la barre très haut.

Répondre

Retourner vers « Les événements salons/festivals/dédicaces »