Droits numériques et éditeurs (MAJ Ayerdhal)

Modérateurs : Estelle Hamelin, Jean, Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Nathalie

Répondre
Avatar du membre
Erion
Messages : 5025
Enregistré le : sam. oct. 21, 2006 10:46 am

Droits numériques et éditeurs (MAJ Ayerdhal)

Message par Erion » ven. mai 20, 2011 4:06 pm

La SGDL (pour une fois) a mis en ligne les termes de la discussion avec les éditeurs au sujet des droits numériques : http://www.sgdl.org/les-services/les-co ... -numerique

A part le fait de réclamer une énième commission machin, certains éléments sont intéressants et concernent l'établissement de contrats spécifiques pour les droits numériques.

Petit résumé :
- sans avenant spécifique, les droits numériques appartiennent à l'auteur.
- Les contrats doivent être à durée limitée ou avec clause de rééexamen (échéance de 3 à 5 ans)
- En littérature générale, un certain nombre d'éditeurs proposent 15 à 20% du prix public HT. (les auteurs refusent le principe du SNE que la rémunération soit "au moins équivalente" au prix du livre imprimé). Faire aussi attention aux autres types de rémunération qui peuvent aller avec le numérique (publicité, abonnements, etc...)
- A l'issue d'une période de deux ans, auteur peut demander et s'assurer que l'exploitation du titre est continue et suivie par l'éditeur. A défaut, l'auteur peut récupérer les droits sur son oeuvre.
- Mise en place d'un BAT qui sert de validation.
- Principe de reddition des comptes.

Evidemment, le SNE râle, les auteurs aussi, et tout ça traîne.

Pour ceux qui étaient présents aux Imaginales, des annonces ont été faites provoquant les hurlements de quelques éditeurs comme si on leur arrachait la peau. Avant sans doute d'en discuter (je constate que ça en cause un peu beaucoup sur les blogs par exemple), je conseille à tout le monde (mais vraiment tous, auteurs, éditeurs et autres) de lire le texte de François Bon : http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article2585

Extrait :
Les questions liées aux contrats et droits d’auteurs sont passionnantes, mais évidemment permettent de travailler, et travailler honorablement avec tous les acteurs. Comme par hasard, ceux qui agitent les spectres et les épouvantails sont ceux qui rétribuent le moins leurs auteurs, et de toute façon partout au monde ça se passe très bien – y compris pour la lecture streaming via abonnements.

On le sait bien aussi : mutation qui affecte l’ensemble des vecteurs, et donc la recommandation (qui ne se restreint plus à la critique : d’ailleurs avez-vous vu que le Matricule des Anges ou la Quinzaine littéraire, pour parler de ceux qui comptent, se soient jamais intéressés à la création numérique ?) – c’est bien ça que je nomme, gravement, syndrome Titanic. Des plateformes comme Babelio, l’étonnante vie littéraire qui s’est greffée sur FaceBook, c’est là que se passe aujourd’hui l’échange, la réception, l’orientation, la validation : les acteurs de l’imprimé y sont radicalement muets, absents, hors quelques courageux comme POL (les excellentes vidéos, qui ne sont pas de la promo, leur flux twitter... mais l’offre POL est bridée par Eden, tant de leurs trésors qu’on voudrait sur son iPad et pas possible...).
Histoire d'avoir des bases de discussions un peu communes, prenez tous le temps de lire François Bon (à l'origine de Publie.net et d'Immaterial.net) une personne dont la pratique de l'édition numérique est quotidienne.
"There's an old Earth saying, Captain. A phrase of great power and wisdom. A consolation to the soul, in times of need : Allons-y !" (The Doctor)
http://melkine.wordpress.com/

Avatar du membre
Erion
Messages : 5025
Enregistré le : sam. oct. 21, 2006 10:46 am

Message par Erion » lun. mai 30, 2011 5:52 pm

Petit ajout suite aux Imaginales. Je ne pense pas utile d'ouvrir un nouveau sujet, la question des droits numériques et de la "chaîne du livre" soulevant des problèmes proches.
"There's an old Earth saying, Captain. A phrase of great power and wisdom. A consolation to the soul, in times of need : Allons-y !" (The Doctor)
http://melkine.wordpress.com/

Lucie
Messages : 1122
Enregistré le : dim. août 13, 2006 2:10 pm

Message par Lucie » lun. juin 11, 2012 4:55 pm


jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » lun. juin 11, 2012 6:07 pm

Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Avatar du membre
marie.m
Messages : 6857
Enregistré le : lun. avr. 11, 2011 9:37 am

Message par marie.m » lun. juil. 02, 2012 8:43 am

(On s'éloigne un peu du sujet des droits numériques)
Lettre d'Ayerdhal à Mme la ministre Aurélie Filippetti suite à son intervention lors de l'AG du SNE.

Je récuse l'assimilation de la culture à l'industrie culturelle.
Je récuse la confusion entre le commerce et la diffusion de la culture au plus grand nombre.
Je récuse l'amalgame entre la fonction de l'editor, comme le définissent les Anglo-Saxons, qui aide l'auteur à peaufiner son ouvrage, et celle de publisher qui, d'intermédiaire en intermédiaire, fabrique l'objet livre pour en permettre la commercialisation.
Je récuse la préséance accordée aux exploitants de la chaîne du livre sur les créateurs du contenu littéraire.
Je récuse la qualification d'utopique à mon aspiration de forger un nouveau modèle économique pour vivre même modestement de mon œuvre.
Je récuse l'éminence du rôle de l'éditeur dans le processus de création. J'affirme même qu'il nuit à l'indispensable autonomie créatrice en réduisant la diversité culturelle par une uniformisation marketing de la littérature.
Je récuse l'affirmation que l'écrivain ne naît qu'au travers du regard de l'éditeur. L'écrivain naît du désir d'écrire acquis au fil de ses propres lectures et du besoin de dire son monde ou le monde aux lecteurs inconnus par qui seuls il existera en tant qu'écrivain.

Avatar du membre
Jacques Ah !
Messages : 911
Enregistré le : mar. mars 23, 2010 10:42 am
Localisation : Choisy-le-Roi
Contact :

Message par Jacques Ah ! » mar. sept. 11, 2012 7:27 am

En ce qui concerne la propriété de vos écrits, je vous conseille vivement "Copyright France", mais ensuite chaque éditeur, papier ou numérique a ses conditions ce qui est d'ailleurs une (trop) belle occasion pour arnaquer les auteurs ; il fallait le dire ! ludwing ; :cry:
Artiste polymorphe, écrivain et président d'un Groupe d'Entraide Mutuel : le Social Art Postal Club de Choisy-le-Roi. Site : http://jacquesabeasis.e-monsite.com ;

Avatar du membre
bormandg
Messages : 11906
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 2:56 pm
Localisation : Vanves (300 m de Paris)
Contact :

Message par bormandg » ven. févr. 01, 2013 7:36 pm

"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."

Herbefol
Messages : 1642
Enregistré le : mer. févr. 08, 2006 9:16 pm

Message par Herbefol » ven. févr. 01, 2013 9:21 pm

Ce serait bien de lire un peu ce que tu postes en lien avant de raconter n'importe quoi. L'accord en question ne concerne que la presse. Ce n'est pas parce qu'il y a le mot éditeur dans le titre que ça concerne le livre.
L'affaire Herbefol
Au sommaire : Omale de Genefort, L'arbre des pendus d'Aaronovitch, Le crépuscule des dieux de Przybylski, La patrouille du temps d'Anderson & L'héritier de Novron de Sullivan.

Avatar du membre
bormandg
Messages : 11906
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 2:56 pm
Localisation : Vanves (300 m de Paris)
Contact :

Message par bormandg » ven. févr. 01, 2013 9:57 pm

Herbefol a écrit :Ce serait bien de lire un peu ce que tu postes en lien avant de raconter n'importe quoi. L'accord en question ne concerne que la presse. Ce n'est pas parce qu'il y a le mot éditeur dans le titre que ça concerne le livre.
Exact, je me suis emporté un peu vite. C'est vrai que pour les livres, il y a déjà un accord Google-éditeurs de livre. :oops: J'ai réagi au titre avant de lire en détail. Malheureusement, cela va tellement dans le sens général des actes de notre Sinistre de la Culture Commerciale que je l'ai assimilé au reste.
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."

Répondre

Retourner vers « Vos questions sur l'écriture et l'édition en général »