Enki Bilal et la science fiction

<i>Les infos, les dédicaces etc</i>

Modérateurs : Estelle Hamelin, Jean, Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome

Répondre
jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Enki Bilal et la science fiction

Message par jerome » lun. janv. 06, 2014 7:56 am

Enki Bilal évoque la science fiction dans cette interview sur 01net.

Extrait :

01net : La fusion de l’homme et de la machine est l’un des thèmes récurrents de votre œuvre. C’est aussi un sujet débattu aujourd’hui avec la montée en puissance du courant de pensée transhumaniste qui prône l’usage de la technologie pour améliorer l’être humain. Estimez-vous, en cela, avoir été un artiste visionnaire ?

Enki Bilal : Pas tout à fait. Je suis une éponge qui s’imprègne du monde d’aujourd’hui et je me documente. Parfois, je reproduis de manière inconsciente des choses que j’ai vues dans des livres ou des documentaires, par exemple. Mais j’ai aussi la liberté d’oser me lancer dans de la prospective, que ce soit dans l’aspect graphique ou géopolitique. Je n’aime pas le terme de science-fiction. Pour moi, la science-fiction, c’est déjà le monde dans lequel on vit.


Image
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » mer. déc. 06, 2017 9:46 am

Une interview de Bilal sur Libé à propos de la science fiction et de son nouvel album.
Comme dans nombre de vos albums, il s’agit d’un futur proche, presque familier…
Oui, j’ai lu énormément de SF avec des récits qui vous propulsent dans des mondes parallèles dans des siècles et des siècles. Moi, j’ai une vision de l’humain qui intègre une part du passé qu’il ne faut pas éliminer; le présent qui est là, dirai-je, pour exciter l’imaginaire; et puis le futur. Mais un futur qui est en effet relativement proche ; ce qui fait que l’on est dans une zone où l’on peut poser des questions, lancer des pistes, inventer des aberrations même, mais des aberrations que l’on peut contrôler. Même si l’explication finale dépassera tout ce qui est humain…
Image
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Répondre

Retourner vers « La BD »