Arès
( Trigs 1 )
de Mark Vigouroux et James Hudnall
aux éditions Les Humanoïdes Associés
Genre : SF

Scénariste : James Hudnall
Dessinateur : Mark Vigouroux
Couleurs : Mark Vigouroux
Traduction : Hélène Dauniol-Remaud
Date de parution : mai 2004 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 46
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Mark Vigouroux ou James Hudnall

Une série de S-F qui s’annonce des plus palpitantes…

James Hudnall est informaticien de formation, mais pris par le virus de l’écriture il se lance dans les scénarios de comics en 1985. Il enchaîne depuis les histoires sans se cantonner à un seul genre : super-héros, horreur, science-fiction, policier… jusqu’à la réécriture de manga pour Viz Communications et de comics chinois pour Jade Dynasty Publications. En 1991, il est nommé au prestigieux Eisner Award dans la catégorie du meilleur roman graphique pour Sinking (Marvel / Epic). A noter également que sa série Harsh Realm a été adaptée pour la chaîne Fox. Pour cette nouvelle série, Trigs, il s’associe au dessinateur Mark Vigouroux, plus connu du public français. Cet auteur breton est né en 1973 à la date anniversaire du débarquement allié. Il rencontre Marc Riou aux Beaux-Arts d’Angoulême qu’il retrouvera quelques années plus tard pour dessiner à quatre mains la série Miss (Les Humanoïdes Associés) sur un scénario de Philippe Thirault.

Mise au placard forcée pour les sauveurs de l’Humanité

2019, la Terre subit les assauts d’extraterrestres qui ne laissent derrière eux qu’un paysage d’Apocalypse. Le gouvernement américain fabrique sous le sceau du secret une unité spéciale de soldats super puissants, les Trigs, dotés de pouvoirs physiques et mentaux. Issus de manipulations génétiques et du clonage, ces adolescents sont le seul espoir de l’Humanité. Et ils parviennent effectivement à la sauver.
2029, les villes se sont peu à peu reconstruites et la vie reprend son cours. Bien qu’ils soient toujours considérés par la population comme des héros, les Trigs, devenus adultes, vivent dans l’anonymat et en toute quiétude. Jusqu’à ce qu’un mystérieux assassin les prenne pour cible. Arès, l’un de ces Trigs, est accusé du meurtre de son ancien capitaine, Osiris. Poursuivi par la police et l’AMFED et ayant perdu la confiance des siens, il devra trouver seul celui qui est derrière le complot qui vise le programme Trigger et surtout pourquoi.

Une bande dessinée qui allie polar et science-fiction

La couverture donne le ton de cette série de S-F qui s’annonce haletante : le deuxième tome va être long à attendre. Il faut dire que Hudnall sait très bien ménager le suspens et livre ses révélations au compte-gouttes. Il en dit suffisamment pour nous mettre l’eau à la bouche sans que l’on ait assez de clefs pour comprendre tout son univers. Le monde qu’il a créé est truffé de trouvailles technologiques, comme les nanobots, les voitures intelligentes dont l’IA est matérialisée par une petite créature qui détend l’atmosphère un brin oppressante ou les pavillons célestes reliés à la Terre par un cordon ombilical en nanotubes de carbone… sans faire pour autant un monde asservi par la technologie. Les personnages des Trigs se révèlent efficaces, à la fois super héros dotés de pouvoirs terribles à l’image d’Arès, l’artificier du groupe, qui peut déclencher une explosion à distance, et profondément humain dans leurs doutes et leur volonté de s’insérer dans la société. Seul Kali, l’ancienne compagne d’Arès devenue mercenaire, continue à tirer profit de sa puissance. Vigouroux prend le parti d’épurer au maximum ses cases et de centrer toute l’attention sur les personnages. De ce fait, les cases sont vidées de tout décor pour se parer seulement d’un fond morne et triste qui rappelle la récente guerre. Les plans serrés sur les protagonistes soulignent que si la toile de fond est science-fictive, c’est bien à un polar que l’on a affaire. Il est évident que le dessin ne séduira pas tous les publics, certains n’apprécieront guère le côté un peu fruste qu’il dégage et d’autres s’agaceront des couleurs. Pourtant, ce serait un tort de s’arrêter à cette impression première. Ce tome initial est à découvrir comme un ovni dans l’univers balisé de la bande dessinée de science-fiction.

Charlotte Volper