CoCyclics, bêta-lecture et conseils d’écriture - Juin 2017 : Interview d’un médecin

aux éditions
Genre : Interview
Sous-genres :
  • sciences

Date de parution : juin 2017 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage :
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant

Chaque mois, CoCyclics propose sur ActuSF différents éclairages autour de l’activité d’auteur - publié ou non. CoCyclics est un collectif ouvert à tous, notamment fréquenté par des écrivains de SFFF découverts ces dernières années. On y pratique la bêta-lecture, on y partage des conseils d’écriture et on y échange sur les sujets touchant à l’édition et à l’Imaginaire. Plus d’infos https://tremplinsdelimaginaire.com/...

Pour compléter l’article sur la perte de sang, CoCyclics a posé quelques questions sur ce sujet à un médecin, qui a fort aimablement accepté d’y répondre
 
 
En combien de temps peut-on se vider de son sang à la suite d’une hémorragie majeure / d’une blessure profonde qui ne touche aucune artère importante ? 
 
Tout cela dépend de la blessure, du type de vaisseau concerné, de la prise en charge éventuelle, de l’état de santé de départ… et de l’âge du capitaine... 
 
Blague à part, on estime que le sang circule dans les artères à la vitesse de 40 cm par seconde, et la perte de sang qui suivra sera donc en rapport avec le calibre du vaisseau touché. 
 
Si c’est une hémorragie majeure, c’est que ça touche un vaisseau de gros calibre, qui va entraîner un saignement rapide et important avec risque de décès en quelques minutes pour les grosses artères, comme par exemple la carotide ou l’artère fémorale. 
Si c’est une veine, ou une artère de petit calibre, ça mettra davantage de temps et le saignement pourra parfois s’arrêter avec mise en place des phénomènes de coagulation et formation de caillots. 
 
Existe-t-il des blessures qui semblent causer de grandes pertes de sang mais sont en réalité d’une faible gravité ? 
 
Pour ce qui est du risque hémorragique, les plaies du scalp et des extrémités (je parle des mains et des pieds) semblent saigner beaucoup, mais ne sont en général pas de grande gravité. C’est plus impressionnant que grave (concernant le saignement, puisque des plaies de tendons ou artérioveineuses, si elles n’engagent pas le pronostic vital, ont des conséquences fonctionnelles)
 
Quelles sont les sensations ressenties après une grande perte de sang ? (froid ? picotements ? engourdissement ? faiblesse ? étourdissement ?) 
 
Oui, ces sensations sont justes, ce sont des signes en rapport avec la manque d’approvisionnement des organes en oxygène et de préchoc. On peut rajouter la soif, la pâleur, des signes respiratoires avec essoufflement ou respiration plus rapide, des étourdissements ou des vertiges, de l’angoisse, une confusion mentale et la mort par désamorçage de la pompe cardiaque sur choc hémorragique.
 
Perd-on du sang quand on est mort ? 
 
Le cœur a une fonction de pompe qui permet la circulation et donc la distribution du sang, et il s’arrête quand on meurt. Après la mort, des ouvertures se forment dans la paroi des vaisseaux sanguins et des globules rouges s’échappent. En s’accumulant par déclivité, le sang devient visible par translucidité de la peau. C’est ce qu’on appelle les lividités cadavériques (qui intéressent beaucoup les fans de romans policier).
 
Quels sont les gestes de tout premier secours à faire pour éviter une grande perte de sang ? Combien de temps est-ce efficace sans soins plus approfondis ? 
 
Les gestes à faire en cas d’hémorragie importante, et qui sont enseignés en formation premiers secours (n’hésitez pas à vous lancer) sont :
 
• Stopper le saignement en comprimant la plaie (pansement compressif) avec la main protégée par un gant ou un linge propre. Ce geste se fait en l’absence de corps étranger (bout de verre, de fer…) dans la plaie.
• Sinon un point de compression doit être réalisé en amont de la plaie sur l’artère qui "irrigue" la zone du corps qui saigne. 
• Le garrot est utilisé en dernier recours (et il est préférable qu’il soit mis en place par un professionnel). 
 
Ces gestes arrêtent le saignement, mais au prix de l’arrêt de l’irrigation sanguine vers les tissus, particulièrement pour le garrot : un garrot très serré et laissé trop longtemps sur un membre (plus de deux heures) risque de provoquer une paralysie de ce membre. Après quatre à six heures, il existe même des risques importants de gangrène du membre et de troubles rénaux pouvant entraîner le décès de la victime. 
 
Les hémorragies internes sont-elles tout aussi dangereuses que les hémorragies externes ? Peut-on en mourir rapidement aussi ? Quels sont les gestes de premiers secours à effectuer face à une hémorragie interne ?
 
Elles sont aussi dangereuses si elles touchent des vaisseaux de gros calibre, puisque ce qui cause la mort est le choc hémorragique et l’arrêt cardiaque. C’est beaucoup plus compliqué d’arrêter le saignement en cas d’hémorragie interne, la zone qui saigne est moins accessible et du coup la compression beaucoup plus difficile à réaliser.
 
Quels sont les signes/symptômes d’une hémorragie interne ?
 
Les mêmes que pour une hémorragie externe, le saignement apparent en moins. Eventuellement, si le saignement est intériorisé dans la cuisse par exemple, on pourra voir une augmentation de volume, avec induration.
 
J’ai entendu dire que le sang avait une couleur un peu différente en fonction de son origine (plutôt vermeil si ça vient d’une artère) vrai ou faux ?
 
Vrai.
 
 
C’est l’hémoglobine qui donne leur couleur rouge aux globules du même nom, car elle contient du fer qui devient rouge avec l’oxygène.
 
Le sang artériel qui part du cœur vers les organes est de couleur rouge clair, car l’hémoglobine est chargée en oxygène tandis que le sang veineux est de couleur rouge foncé puisque c’est une circulation de retour, l’oxygène a été distribué.
 
Dans Tu ne tueras point(film sorti en 2016) on parle d’une différence dans l’écoulement du sang : ça gicle si ça vient d’une artère, ça s’écoule bien sinon ? Vrai, faux ?
 
Vrai.
Le sang bat dans les artères au rythme de la pompe cardiaque, c’est sur elles qu’on prend le pouls (= les pulsations de contractions rythmiques du cœur). 
 
Y a-t-il des moyens de savoir quelle quantité de sang on possède (environ) ? 
 
A la louche, le corps humain contient 5 litres de sang, plus pour un homme et moins pour une femme (sauf quand elle est enceinte). 
 
Plus précisément, il contient entre 4 et 7 litres de sang, en moyenne. On peut calculer approximativement la quantité de sang contenu dans le corps avec cette formule : masse (en kg) x 0,07 = volume de sang (en litres).
 
En combien de temps récupère-t-on le sang qu’on a perdu ? Est-ce linéaire par rapport à la quantité perdue ? 
 
Sans parler de linéaire, la durée de récupération va être fonction de la quantité de sang perdu, mais aussi du type de composant du sang dont on parle.
 
Après un don du sang (450 ml en moyenne), il faut 24 à 48 heures pour reconstituer le volume plasmatique prélevé et 3 à 4 semaines pour restaurer le taux d’hémoglobine. 
 
Le sang est un liquide complexe qu’on ne sait pas fabriquer, donc n’hésitez pas à donner votre sang ! 
 
C’était la journée du don du sang le 17/6, on trouve des affiches comme celle-ci :
 
 Interview recueillie par CoCyclics
 

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.