Deus Ex Machina
( Peter Rob - Cycle 1 1 )
de Nelson Castillo et Romuald Pistis
aux éditions Bamboo ,
collection Grand Angle
Genre : Fantastique

Scénariste : Romuald Pistis
Dessinateur : Nelson Castillo
Couleurs : Nelson Castillo
Date de parution : mars 2006 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 50
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Nelson Castillo ou Romuald Pistis

De Vinci de nouveau !!

Nelson Castillo est originaire du Chili. Il va travailler comme ingénieur informaticien avant de passer du côté obscur du dessin en 2001. Sa première réalisation sera Triada.
Pour Romuald Pistis, Peter Rob représente son premier contrat de scénariste. Ce belge d’origine italienne a fait des études de sciences et décroche une maîtrise de Physique Théorique puis un DESS de Mécanique des fluides. Connaissances qu’il va totalement intégré dans le scénario de la série.

“S’il existe des raccourcis 3D dans un espace 2D, il doit aussi exister des raccourcis 4D dans l’espace 3D, autrement dit, dans notre espace de tous les jours.”

Peter Rob a un don depuis sa plus tendre enfance sans pouvoir l’expliquer. Il est capable de créer un double physique de son corps et de le faire voyager dans l’espace. Du coup, sa carrière s’est plutot orienté vers le cambriolage où ses talents se révèlent très utiles et très prisés.
Peter est également un joueur. Il aime les belles femmes, les belles voitures et ne se fait pas que des amis parmi les commanditaires de ses vols.
Mais lorsqu’une de ses “amies” lui demande un service, il va se retrouver mêler à une histoire qui va le submerger.
Car l’objet de son prochain vol n’est autre qu’un manteau de Leonardo Da Vinci qui contiendrait les plans d’une machine inventée par le Maître.
Le FSB (ex-KGB), le MI-6 et bien d’autres sont prêts à tout pour s’en emparer et Peter va le regretter.

Une histoire à suivre

Le ton est donné dès la tranche de l’album. Il y aura plusieurs cycles de Peter Rob !! Le scénariste a donc déja prévu de nous emmener à travers son univers. Pour cela, dès le premier tome, on a de quoi se mettre sous la dent : un pouvoir de téléportation et une machine de Léonard de Vinci.
Décidemment, ce brave viel homme fait parler de lui ces derniers temps (Da Vinci Code).
Pour l’instant difficile de dire si Pistis réussira à rester original ou non (rien ne nous est dévoilé dans ce tome sur la fameuse machine) mais on a envie de lire la suite.
L’histoire est soutenue par les dessins dynamiques et réalistes de Castillo (il y a un gros travail des ombres sur les visages des personnages) ainsi que par la colorisation.

Céline Braillet